Bloc Québécois

« Oui à une intervention sous l’égide de l’ONU, mais seulement sous l’égide de l’ONU » – Louis Plamondon.

26 mars 2015

Le Bloc Québécois rejette la motion du gouvernement fédéral de prolonger et d’étendre la mission militaire en Irak à la Syrie.

« Lorsqu’on est prêt à intervenir militairement et qu’on dit dans la même phrase que malgré les millions de réfugiés Syriens, le Canada a assez donné, on est loin de l’approche multilatérale préconisée par l’ONU et le Bloc Québécois. Lorsqu’on est prêt à intervenir dans un pays qui n’en a pas fait la demande, à s’ingérer dans une guerre civile où notre intervention favorisera inévitablement l’un des belligérants, qui devrait déjà faire face à des accusations de crimes de guerre, il y a lieu de s’inquiéter », a déclaré le député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour, Louis Plamondon dans une intervention en Chambre.

« Brandir le droit octroyé par l’ONU à l’autodéfense pour justifier des bombardements éventuels contre l’État islamique en Syrie, c’est une interprétation erronée. La motion proposée permettrait au Canada d’intervenir partout, peu importe les territoires, peu importe les pays, peu importe les situations politiques. Et peu importe où! On est prêt à intervenir partout ? Qui décide? On ne le sait pas… », s’est inquiété Louis Plamondon.

« L’Irak a demandé le soutien de la communauté internationale et nous croyons qu’il est du devoir du gouvernement de relayer cette demande au Conseil de sécurité de l’ONU afin que l’intervention militaire soit efficace et qu’on ne retombe pas dans les trop nombreux fiascos que les coalitions militaires ont connu en Afghanistan et en Irak. La méthode d’intervention des conservateurs inspirée de George W. Bush ne fonctionne tout simplement pas. Nous choisissons le multilatéralisme et rejetons cette motion », avait déclaré plut tôt cette semaine le chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu.