Bloc Québécois

Libre échange Canada-Europe et compensations: Gabriel Ste-Marie lance un ultimatum à Trudeau

02 février 2017

Ottawa, le 2 février 2017 – « L’accord avec l’Europe pourrait faire rayonner le Québec. Nous avons l’occasion de former un pont entre l’Europe et l’Amérique, ce qui est le rôle naturel de notre nation. Mais on n’abandonnera pas notre monde. Nous n’appuierons pas l’accord si le gouvernement sacrifie nos producteurs laitiers et fromagers », a déclaré Gabriel Ste-Marie.

Le porte-parole du Bloc Québécois réitère la position de sa formation politique à l’approche du vote en troisième lecture du projet de loi de mise en œuvre de l’accord Canada-Europe.

L’accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne ouvre 7 % de nouvelles parts dans le marché sous gestion de l’offre du fromage. C’est donc dire que les producteurs fromagers canadiens devront rivaliser avec près de 18 000 tonnes supplémentaires de fromage européen subventionné. Or, près de 80 % des fromages fins canadiens sont en fait québécois.

Le gouvernement Trudeau a offert 250 M$ sur cinq ans pour les producteurs laitiers et 100 M$ sur quatre ans pour les fromagers, des sommes que les producteurs jugent nettement insuffisantes. En effet, l’offre libérale est bien en deçà des 2,4 G$ sur 15 ans que promettaient les conservateurs de Stephen Harper.

« Le gouvernement Trudeau est plus avare que celui de Stephen Harper. C’est tout dire. Nous ne pourrons appuyer l’accord si cela signifie abandonner des familles québécoises et des entreprises de chez nous. Nous n’accepterons pas d’être traités comme des dommages collatéraux dans le but de faciliter la vente de bœuf de l’Ouest aux Européens », a conclu Gabriel Ste-Marie.