Bloc Québécois

Abolition du programme de restauration des Grands Lacs : « Qu’entend faire Ottawa pour préserver la qualité de notre eau ? » – Monique Pauzé

22 mars 2017

Ottawa, le 21 mars 2017 – La porte-parole du Bloc Québécois en matière d’environnement, Monique Pauzé, a vivement réagi à la nouvelle de l’abolition du programme américain de restauration des Grands Lacs par l’administration Trump.

« Depuis le début du mois qu’on entend que le programme américain d’assainissement des Grands Lacs est menacé. Il n’y a que le Bloc Québécois qui soit intervenu à la Chambre des communes pour exiger du gouvernement libéral qu’il fasse pression sur l’administration Trump. La vaste majorité des Québécois boivent une eau qui tire sa source des Grands Lacs. Maintenant que les intentions de l’administration Trump sont connues, qu’entend faire Ottawa pour préserver la qualité de l’eau des Grands Lacs ? La ministre doit répondre sans tarder aux inquiétudes exprimées par les élus et les groupes environnementaux comme Coalition Eau Secours », a demandé Mme Pauzé.

Afin de financer une hausse de près de 10 % des dépenses militaires des États-Unis en évitant de creuser le déficit budgétaire, le président américain a annoncé la disparition ou l’amputation du financement d’une kyrielle de programmes et d’organismes. Dans la foulée, l’administration Trump propose notamment de mettre fin au financement fédéral destiné à la recherche sur les changements climatiques et de supprimer la participation américaine au Fonds vert des Nations unies, mis sur pied à l’issue de la Conférence de Copenhague sur le climat. Le Congrès américain devra à présent se pencher sur les propositions budgétaires faites par l’administration Trump.

« Comment se fait-il que ce n’est que tout dernièrement que la ministre McKenna a rencontré son homologue américain pour lui parler de cet enjeu majeur ? Le gouvernement libéral doit cesser son à-plat-ventrisme face aux Américains, les Québécois en payent déjà le prix fort. Il doit surtout nous expliquer quelles sont les solutions prévues advenant le désengagement des Américains ? Que le gouvernement en prenne bonne note : quand il est question de notre eau, on ne s’accommodera pas d’explications à moitié et des faux-fuyants auxquels il nous a habitués », a conclu Mme Pauzé.