Bloc Québécois

Sondage de l’AQMAT sur les pertes de fournisseurs de RONA: « Les Québécois subissent les conséquences de l’insensibilité du ministre canadien Navdeep Bains » – Xavier Barsalou-Duval

13 avril 2017

Ottawa, le 13 avril – On apprend aujourd’hui que des fournisseurs de RONA, fleuron québécois récemment acheté par Lowe’s, ont perdu jusqu’à 20% de leur chiffre d’affaires. Le chef parlementaire du Bloc Québécois, Xavier Barsalou-Duval, s’inquiète de voir que les fournisseurs québécois subissent les conséquences de l’insensibilité du ministre du Développement économique, Navdeep Bains, en ce qui a trait à la protection des fleurons de l’économie québécoise. En effet, le ministre Bains aurait pu éviter de telles pertes en imposant des garanties lors du processus de vente, tel que le demandait alors le député Barsalou-Duval.

« 20% de pertes, pour une entreprise, c’est dramatique. On nous faisait miroiter que Lowe’s conserverait les fournisseurs québécois sans pourtant en obliger l’entreprise. Avant d’autoriser la vente du fleuron québécois qu’était RONA, il avait le pouvoir d’imposer des garanties, mais il ne l’a pas fait. Il avait le devoir de faire une étude des avantages nets de la transaction, mais il ne l’a pas fait. Le ministre canadien du développement économique a préféré se débarrasser du dossier », a laissé tomber Xavier Barsalou-Duval.

En effet, il y a un an, Lowe’s disait avoir l’intention de garder les fournisseurs locaux, sans toutefois qu’il n’y ait de convention de vente. Xavier Barsalou-Duval avait fait des demandes au ministre Bains, en vain, pour qu’il y ait des garanties, mais ce dernier s’était empressé de consentir à la vente, quelques heures seulement après l’approbation du Bureau de la concurrence.

« Ça nous porte à croire que toutes les promesses qu’on nous a présentées pourraient être brisées. Le gouvernement canadien n’a pas fait son travail en n’obligeant pas légalement l’entreprise à conserver ses fournisseurs locaux ainsi que les emplois du siège social. Si Lowe’s peut faire fi de ses fournisseurs, l’entreprise peut aussi sacrifier les emplois du siège social. Ce sont les Québécois qui auront subi les conséquences de l’insensibilité du ministre canadien du développement économique », a conclu le chef parlementaire du Bloc Québécois.