Bloc Québécois

Une histoire d’argent : La production doit relever du Québec

12 avril 2017

Légalisation du cannabis

Ottawa, le 11 avril 2017 – En prévision du dépôt du projet de loi sur la légalisation du cannabis, annoncé pour jeudi, la chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet, exige que la production relève de la compétence du Québec. « Pour le Bloc Québécois, il est clair que la production doit également relever de la compétence québécoise. Le seul rôle du gouvernement canadien, tant que le Québec n’est pas indépendant, c’est de modifier le Code criminel », a affirmé Mme Ouellet.

Une légalisation qui profite à qui ?

Le Bloc Québécois est d’accord avec la légalisation, mais pas de n’importe quelle manière. « On sait que la légalisation permet de diminuer le marché noir, de désengorger le système judiciaire et d’assurer un meilleur contrôle des produits. Le marché québécois est évalué entre 1,3 et 10 milliards de dollars. C’est un énorme marché », a déclaré la chef.

Des compagnies qui sont reconnues dans la production de cannabis thérapeutique, 24 sont ontariennes et une seule est québécoise. « Nous ne voulons pas que le Québec se fasse encore damer le pion par l’Ontario. Ces compagnies ontariennes sont déjà en représentation pour avoir des passe-droits pour être les premières à se lancer dans la production, puisqu’elles produisent déjà du cannabis thérapeutique. On sait que Chuck Rifici, ancien directeur financier du Parti Libéral du Canada, est président-directeur général d’une compagnie ontarienne de production de marijuana thérapeutique. On ne voudrait pas que ce projet de loi puisse servir de retour d’ascenseur », ajoute-t-elle.

Un grand potentiel économique

Pour le Bloc Québécois, le projet de loi ne devrait pas prévoir que la réglementation et l’encadrement soient canadiens. Le parti souhaite plutôt que ça relève du gouvernement du Québec. Selon Martine Ouellet, « c’est un nouveau marché extrêmement lucratif qui s’ouvre et le Québec doit pouvoir décider lui-même des critères qu’il compte mettre en place. À savoir qui obtiendra des licences et pour quels marchés, nous souhaitons faire le développement d’entreprises québécoises et non pas d’entreprises ontariennes ».

« Jusqu’à ce que le Québec soit indépendant et ait son propre code criminel, la seule participation du Canada se limite à modifier son code criminel. Les autres enjeux que sont la santé, la sécurité routière, la prévention, la production et la distribution doivent être de compétence québécoise et relever du gouvernement du Québec », a conclu Mme Ouellet.