Bloc Québécois

Données linguistiques du recensement de 2016 :

31 août 2017

« Statistique Canada doit cesser d’induire la population en erreur »
– Mario Beaulieu
Ottawa, le 31 août 2017 – « Dans sa présentation des résultats de 2016, Statistique Canada a gonflé les données sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison en omettant de répartir les réponses multiples pour chaque groupe linguistique de façon égale. Auparavant, par exemple, lorsque des gens déclaraient que la langue parlée le plus souvent à la maison était à la fois le français et l’anglais, la moitié des cas étaient ajoutés au français et la moitié à l’anglais. En 2016, par contre, chaque fois qu’une langue était mentionnée dans une réponse multiple, un point était ajouté à cette langue. Par exemple, si 5,000 personnes déclaraient que leur langue parlée le plus souvent à la maison était à la fois le français et l’anglais, 5,000 personnes étaient ajoutées aux francophones et 5,000 aux anglophones. C’est pourquoi avec la méthode utilisée en 2016, en arrondissant les chiffres, on obtient qu’au Québec, il y aurait 87 % de francophones, 19 % d’anglophones et 18 % d’allophones pour un total de 121 %. Quelle aberration! », a déclaré le député Mario Beaulieu, porte-parole du Bloc Québécois en matière de langues officielles, de citoyenneté, d’immigration et de francophonie, lors d’une conférence de presse en présence de l’ancien professeur de mathématique à l’Université d’Ottawa et analyste des recensements depuis 1971, Charles Castonguay.

« À l’occasion du dévoilement des données linguistiques du recensement de 2016, Statistique Canada a produit des documents où l’on mentionnait qu’au Québec, la proportion de la population qui parlait le français à la maison est passée de 87,0 % en 2011 à 87,1 % en 2016. Pourtant, en 2011, Statistique Canada diffusait des résultats indiquant une proportion beaucoup moins élevée de francophones, soit de 81,2 % selon la langue parlée le plus souvent à la maison, et de 81,8 % en 2006 », a observé le député de La Pointe-de-l’Île.

Selon le bloquiste, « pour arriver à ce chiffre de 87 % en 2011 et de 87,1 % en 2016, d’une part, les auteurs des documents de Statistique Canada ont additionné les individus ayant déclaré parler le plus souvent en français à la maison avec ceux qui ont indiqué parler «régulièrement» en français à la maison, contrairement à ce qui se faisait auparavant. Ce faisant, Statistique Canada embellit faussement la situation du français. »

En reprenant la méthode d’analyse généralement utilisée en 2011 ou avant, on obtient que la proportion de la population qui parlait le plus souvent français à la maison au Québec poursuit son déclin, passant de 83,1 % en 2001, à 81,8 %  en 2006, à 81,2 % en 2011 et à 80,6 % en 2016. Il ne faut pas oublier qu’un déclin de 0 ,6 % de l’ensemble de la population du Québec correspond à près de 50 000 personnes », fait valoir Mario Beaulieu.

Les données statistiques sur la situation du français ont une importance vitale pour le peuple québécois. Il est totalement inacceptable qu’une institution comme Statistique Canada modifie ses méthodes d’analyse pour donner un portrait erroné de la situation du français, un portrait qui en cache le déclin. En 2016, la population de langue d’usage anglaise à la maison était de 32 % plus élevée que la population de langue maternelle anglaise, parce qu’une proportion importante des allophones adopte l’anglais comme langue parlée à la maison. En comparaison, la population dont le français est la principale langue d’usage à la maison n’enregistrait qu’un faible gain de 3 % par rapport à la population de langue maternelle française.

« Nous recommandons que Statistique Canada utilise la méthode d’analyse décrite dans le document «Les langues au Canada : Recensement de 2006» par Réjean Lachapelle et Jean-François Lepa ge afin d’assurer la comparabilité des données et les rendre facilement interprétables. La présentation standard des résultats devrait se fonder sur une répartition égale des réponses multiples à la question sur la langue parlée le plus souvent à la maison et sur la langue maternelle. L’analyse des réponses à la question sur les autres langues parlées régulièrement à la maison doit être présentée de façon distincte », de conclure le porte-parole du Bloc Québécois en matière de langues officielles, de citoyenneté, d’immigration et de francophonie.