Bloc Québécois

Demande d’accommodement religieux pour la date des élections : le directeur général des élections doit refuser ce recul

24 juillet 2019

Montréal, le 24 juillet 2019 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a demandé au directeur général des élections (DGE), Stéphane Perrault, de maintenir les élections le 21 octobre prochain alors que la Cour fédérale lui ordonne de reconsidérer la demande d’une candidate conservatrice d’en changer la date en raison d’une fête religieuse.

« Le multiculturalisme canadien tel qu’interprété par la Cour fédérale donnerait préséance aux demandes d’une religion ou d’une autre sur l’autorité législative de l’État en ce qui a trait au mode de fixation du jour d’un scrutin. Le directeur général des élections doit refuser ce recul de l’État laïque. La religion ne doit pas interférer avec le fonctionnement de l’État civil », a déclaré M. Blanchet.

La juge de la Cour fédérale Ann Marie McDonald a ordonné au DGE de revoir sa décision de garder la date du 21 octobre pour les prochaines élections alors que celle-ci coïncide avec la fête juive Chemini Atseret, pendant laquelle les pratiquants orthodoxes ne peuvent participer à un scrutin.

C’est une candidate conservatrice de l’Ontario, Chani Aryeh-Bain, qui a demandé aux tribunaux d’intervenir le mois dernier. Le DGE avait alors estimé qu’un changement de date n’était pas souhaitable alors que les élections arrivent à grands pas. Il avait plutôt souhaité que les heures de scrutin soient prolongées dans les bureaux de vote par anticipation des circonscriptions où résident d’importants bassins de la population juive. Élections Canada prévoit également le vote par bulletin spécial pour les personnes non disponibles ni le jour du scrutin ni lors des journées de vote par anticipation, ce qui permet de voter à tout moment de l’élection.

La Cour fédérale demande à M. Perrault de rendre une décision d’ici le 1er août.

« Le DGE doit garder le cap. La religion ne doit pas interférer dans l’exercice de la démocratie au sein de l’État. Il est plus clair que jamais que les valeurs québécoises et canadiennes diffèrent. Alors que le Québec est clairement engagé sur la voie de la laïcité, le Canada multiculturaliste s’assujettit à l’influence des religions sur le fonctionnement de l’État. Il ne fait aucun doute que le Québec ne voudra pas être ainsi bousculé par ce précédent qui permettra ensuite à la diversité des religions d’exiger une diversité d’accommodements à la pièce », a conclu M. Blanchet.

 

– 30 –

 

Source : 

Christian Picard

Permanence du Bloc québécois

[email protected]

514 526-3000