Bloc Québécois

Matières dangereuses transportées par trains : toujours plus de pétrole, toujours aussi peu de sécurité

04 juillet 2019

Saint-Hyacinthe, le 4 juillet 2019 – Simon-Pierre Savard-Tremblay, candidat du Bloc Québécois dans Saint-Hyacinthe—Bagot, Monique Pauzé, députée bloquiste luttant contre le laxisme d’Ottawa dans la sécurité du transport ferroviaire, Robert Bellefleur, de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, et Nicole Jetté, citoyenne de Saint-Hyacinthe engagée pour la sécurité du transport de pétrole par rail, ont demandé à Ottawa des mesures de sécurité accrues pour le transport de matières dangereuses par trains en Montérégie et au Québec.

« Le nombre de barils de pétrole circulant à travers Saint-Hyacinthe et nos municipalités est passé de moins de 30 000 par jour en 2012 à plus de 200 000 aujourd’hui. En même temps, les entreprises de transport continuent de s’autoréguler et l’état des rails est laissé sans surveillance par le gouvernement canadien. Un Québec indépendant pourrait resserrer les normes de sécurité, mais pour l’instant, c’est Ottawa qui est en charge des règles régissant le transport interprovincial de pétrole et il faut qu’il assume ses responsabilités au nom de la sécurité des citoyens de Saint-Hyacinthe », a déclaré M. Savard-Tremblay.

« Le déraillement de train à Lac-Édouard, lundi dernier, n’est pas un cas isolé. Depuis Mégantic, les incidents ferroviaires ont augmenté, pas diminué. Seulement en 2019, ces incidents ont coûté 7 vies, certaines dans des circonstances identiques à Mégantic. Pendant ce temps, le transport de liquides inflammables par train a été retiré de la Liste de surveillance du Bureau de la sécurité des transports (BST). C’est pourquoi nous avons besoin d’une commission d’enquête publique pour faire la lumière sur la tragédie de Mégantic et révéler la culture de laxisme dans la sécurité du transport ferroviaire », a déclaré Mme Pauzé.  

« Saint-Hyacinthe et Lac-Mégantic ont malheureusement en commun des tragédies ferroviaires avec morts d’hommes. Vingt ans après la tragédie de Saint-Hyacinthe du 30 décembre 1999, et à la veille du sixième anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013, nous revendiquons que pareilles catastrophes ne se répètent jamais, ici comme ailleurs ! Il passe encore malheureusement beaucoup trop de pétrole sale sur les rails de Saint-Hyacinthe. À Lac-Mégantic, c’est du gaz propane, de l’essence automobile et du chlorate de sodium qui circulent toujours au centre-ville. Des produits 10 fois plus dangereux que le pétrole brut. Il faut que ça cesse ! », a déclaré M. Bellefleur.

« Veiller à la sécurité des populations, c’est établir une réglementation beaucoup plus stricte et veiller à ce qu’elle soit appliquée. C’est prioriser la population plutôt que le profit. C’est retirer aux compagnies ferroviaires l’immunité dans laquelle elles baignent depuis les années ’90 avec la déréglementation et mettre un terme au système d’autorégulation des compagnies, qui leur permet d’échapper aux lois d’accès à l’information et sans mesures de contrôle adéquates de la part du gouvernement. Ce Système de gestion de la sécurité ferroviaire (SGS) est la faille majeure au Canada. Le BST a d’ailleurs souvent déploré la non-divulgation des fautes que ce système favorise », a déclaré Mme Jetté.

Pour connaître l’emplacement des chemins de fer du CN : http://cnebusiness.geomapguide.ca/?Lang=fr

–30 –

Source : 

Carolane Landry

Attachée de presse

418 730-0742