Bloc Québécois

Nouveau cabinet ministériel : un remaniement électoral plutôt qu’un réalignement

20 novembre 2019

Ottawa, le 20 novembre 2019 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a pris acte des nominations au sein du cabinet ministériel par le premier ministre Justin Trudeau.

« D’abord, nous allons donner la chance au coureur, tout en testant la pertinence des choix du premier ministre. Nous constatons qu’il s’agit d’un remaniement électoral plutôt qu’un réalignement pour ce gouvernement. Il y a aujourd’hui davantage de ministres, notamment au Québec où ils sont aujourd’hui 10 plutôt que 8, mais le poids relatif autour de la table de décision n’est pas une garantie de représentation. Ce cabinet populeux témoigne plutôt de la volonté de plaire à tout le monde et de réconcilier les intérêts difficilement compatibles de l’Ouest et du Québec, du développement pétrolier et de la lutte aux changements climatiques. Il est difficile de dégager une vision d’avenir ou une priorité dans ce buffet à volonté », a déclaré M. Blanchet.

Pablo Rodriguez, lieutenant du Québec ?

Le chef du Bloc Québécois s’est interrogé sur le choix de Pablo Rodriguez à la fois comme leader parlementaire et comme lieutenant du Québec, un poste pour lequel le premier ministre avait une aversion jusqu’à aujourd’hui. « M. Trudeau a choisi comme lieutenant du Québec un député qui a suggéré que le Bloc Québécois était raciste en affirmant que nos efforts pour protéger la langue française s’inscrivaient dans une volonté de « tracer des barrières sur la base de la langue, sur la base de la culture, sur la base de la couleur ». M. Rodriguez est également un grand prêtre du multiculturalisme canadien. Puisqu’il agira, en plus, comme leader parlementaire, le ton des échanges passés avec M. Rodriguez est inquiétant dans un contexte où la population québécoise a demandé aux partis politiques de collaborer », a-t-il déclaré.

Steven Guilbeault au Patrimoine canadien

« Nous comprenons la déception dans les milieux écologistes. Je n’ai aucun doute que M. Guilbeault a toutes les qualités pour relever son défi comme ministre du Patrimoine et nous lui offrirons notre collaboration puisque nous avons une expertise à partager. Mais il a sacrifié sa crédibilité environnementale pour devenir ministre de l’Environnement, ce qui ne lui a pas été accordé. Visiblement, M. Trudeau cède à l’intimidation des provinces de l’Ouest », a déploré M. Blanchet.

Chrystia Freeland, vice-première ministre

Le chef du Bloc Québécois a constaté que les défis sont nombreux pour la nouvelle vice-première ministre. « La division du Canada est l’état normal d’un pays artificiel. Ça paraît tout simplement davantage aujourd’hui qu’hier. Nous constatons que le gouvernement n’a pas compris le message et gouvernera dans la continuité plutôt que le changement, c’est-à-dire cacher le pétrole derrière un écran environnemental. La création de richesse doit cesser de passer par la surexploitation du pétrole de l’Ouest », a conclu Yves-François Blanchet.