Bloc Québécois

Libération des prisonniers catalans: Le Canada doit respecter la Cour de justice européenne

20 décembre 2019
Montréal, le 20 décembre 2019

Libération des prisonniers catalans:

Le Canada doit respecter la Cour de justice européenne

 

Ce jeudi 19 décembre, la Cour de justice de l’Union européenne a rendu une décision importante en faveur d’un leader emblématique de la gauche indépendantiste catalane, Oriol Junqueras. En effet, monsieur Junqueras est un des élus catalans emprisonnés et jugés pour des motifs politiques par le régime espagnol dans la foulée du référendum sur l’autodétermination catalane de 2017.  Oriol Junqueras a aussi été élu, malgré sa captivité, au Parlement européen en 2019, de même que le président catalan présentement en exil à Bruxelles, monsieur Carles Puigdemont.

La Cour européenne a statué que l’élection d’un membre au sein de son parlement est effective dès le dépouillement des voix. Dès lors, Oriol Junqueras, mais aussi Carles Puigdemont, jouiraient d’une immunité assurant leur liberté et leur libre circulation sur le territoire.

 

Le Bloc québécois se réjouit de cette décision de la Cour européenne.  Elle porte les valeurs de démocratie et de respect des droits humains qui sont aux origines mêmes des institutions et des États signataires des accords constitutifs de l’Union européenne. La Cour réalise donc au nom du Droit ce que les pays membres du traité régissant l’Union européenne n’ont défendu qu’avec beaucoup de tiédeur face aux agressions de l’Espagne contre la Catalogne et ses élus.

 

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a exprimé son espoir de voir Carles Puidgemont se prévaloir rapidement de la liberté de circulation que rétablirait le jugement, notamment dans la perspective d’une visite au Québec : « J’ai vivement reproché à Justin Trudeau son mépris opportuniste des valeurs démocratiques, à la fois pour ne pas déplaire à l’Espagne et par mépris pour les velléités souverainistes qui animent le Québec. Son seul argument était un prétendu respect des institutions. Cette fois, l’institution qui se prononce libère Carles Puidgemont des restrictions à sa circulation. Je demande donc, en vertu de sa propre logique, que Justin Trudeau assure le droit du président catalan de visiter le Québec pour y rencontrer la société civile, les élus et les médias. »

 

Le porte-parole du Bloc Québécois en matières de relations internationales et député de Montarville, Stéphane Bergeron, demande aussi au gouvernement du Canada d’exiger la fin des représailles souvent violentes du gouvernement espagnol contre les civils catalans et le rétablissement des juridictions de l’actuel président, monsieur Quim Torra, que Madrid tente de destituer, et des institutions démocratiques catalanes : « Le gouvernement du Canada doit absolument cesser d’être la caution commode du régime de Madrid qui flirte avec le trop récent passé autoritaire du gouvernement espagnol, et se montrer digne des valeurs démocratiques qui doivent guider nos actions ».