Bloc Québécois

Pas de ratification sans protection de l’aluminium québécois

10 décembre 2019
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACEUM :

Pas de ratification sans protection de l’aluminium québécois

 

Ottawa, le 10 décembre 2019 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole du parti en matière de ressources naturelles, ont dénoncé l’abandon de l’industrie de l’aluminium dans la renégociation de l’Accord Canada—États-Unis—Europe (ACEUM) et annoncé que le Bloc votera contre sa ratification si cette industrie essentiellement québécoise n’est pas protégée.

 

« Les modifications apportées au nouvel accord de libre-échange nord-américain sont catastrophiques pour nos travailleurs de l’aluminium. Ottawa vient d’offrir aux Américains et à l’Ontario la protection de leur industrie de l’acier en échange de l’abandon total de l’aluminium du Québec. On dirait que négocier avec les États-Unis et le Mexique, c’est faire des gains pour le Canada en sacrifiant les intérêts des Québécois. Après les agriculteurs du Québec, nous n’accepterons pas qu’une autre industrie québécoise serve de monnaie d’échange dans cet accord. Le Bloc Québécois ne votera jamais pour ça », a déclaré M. Blanchet.

 

Le chef du Bloc Québécois a dénoncé la signature aujourd’hui par la vice-première ministre Chrystia Freeland et ses homologues américain et mexicain d’une version modifiée de l’ACEUM, à la demande des États-Unis. Dans le cadre de cette nouvelle mouture, les signataires protègent les industries de l’acier américaines et ontariennes en définissant ce qui constitue de l’acier nord-américain en précisant qu’il doit être fondu et coulé dans un des trois pays signataires.

 

L’aluminium ne fait toutefois pas l’objet d’une définition aussi précise, ouvrant la porte à l’utilisation massive d’aluminium de pays prompts au dumping sur les marchés nord-américains, notamment la Chine. Le Bloc Québécois s’inquiète des répercussions sur l’industrie québécoise de l’aluminium, qui représente 90 % de la production du Canada. L’aluminium représente 10 000 emplois directs au Québec dans la production primaire au Québec et 20 000 emplois indirects. Le 2/3 de la production québécoise provient des alumineries du Saguenay et du Lac-Saint-Jean.

 

« Je m’inquiète pour les trois projets d’agrandissement dans nos alumineries. C’est grave pour la région comme abandon conscient de la part du fédéral. Nous avons besoin d’une forte mobilisation dès aujourd’hui de la part des acteurs de tous les niveaux. Il faut se tenir debout avec les travailleurs de chez nous. Pas de ratification de l’accord sans protection de l’aluminium », a conclu M. Simard, député de Jonquière.