Rencontres encourageantes pour le Bloc Québécois à Trois-Rivières

Trois-Rivières, le 12 juin 2020 — Le chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet, accompagné des députés de la Mauricie, soit Louise Charbonneau de Trois-Rivières, Louis Plamondon de Bécancour-Nicolet-Saurel et Yves Perron de Berthier-Maskinongé, était aujourd’hui en tournée à Trois-Rivières.

Les élus ont rencontré le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, le directeur général d’Innovation et développement économique Trois-Rivières, Mario De Tilly, et le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère.

En premier lieu, le chef du Bloc Québécois s’est réjoui du fait que les grands événements récréotouristiques de la région pourront exister en 2021. « La moins bonne nouvelle, et elle est grave, c’est que la chaine alimentaire des grands événements se nourrit d’artisans, d’artistes et de travailleurs saisonniers. Or, les différents programmes d’aide n’ont pas été ajustés selon les paramètres saisonniers, ce qui fait craindre une perte d’expertise des travailleurs du milieu culturel et du loisir », soutient Yves-François Blanchet. Le Bloc Québécois revendique depuis plusieurs semaines des ajustements aux programmes existants, en particulier à la PCU, et de l’aide directe pour ces événements et travailleurs.

Concernant le projet de train à grande fréquence, le problème repose sur le fait que le gouvernement libéral utilise beaucoup de mots et pose peu de gestes. « L’engagement des libéraux en 2015 était de réaliser le train à grande fréquence. En 2019, ils réfléchissaient à du « peut-être ». Cette année, on nous annonce un bureau de projet de 71 millions.  Je préfèrerais qu’on dépense ces millions en chemin de fer plutôt que sur un bureau de projet. Je comprends que c’est un passage obligé et je vais accepter la démarche à la condition qu’on me donne une date. » Il s’agit d’un projet qui, compte tenu de son impact et du nombre de millions de personnes qu’il touchera, devrait déjà avoir été mis en chantier.

Enfin, les discussions ont porté sur la mise à niveau de l’aérogare jugée complètement désuète. « Tout le monde dit oui, on va le faire, ça coûte 12 millions. Faisons-le maintenant, profitons des circonstances actuelles. Transformons le problème en opportunité et équipons Trois-Rivières d’un aéroport qui lui permettra d’être à niveau, d’envisager des progrès en termes de transport aérien de passagers et de s’ouvrir sur le Nord-du-Québec », ajoute Yves-François Blanchet. Il rappelle qu’il faut miser sur l’énorme potentiel de développement de la région.

« Les gens de la Mauricie sont en droit d’exiger que les paroles données soient respectées. Il ne faut pas sous-estimer la détermination de la députation du Bloc Québécois dans la région pour réaliser ces projets majeurs. Nous allons mener ces batailles avec force et énergie », conclut le chef du Bloc Québécois.

Sur la photo, de gauche à droite : Jean Lamarche (maire de Trois-Rivières), Dominic Fugère (directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières), Louise Charbonneau (députée de Trois-Rivières), Mario De Tilly (directeur général d’Innovation et développement économique Trois-Rivières), Yves Perron (député de Berthier-Maskinongé), Yves-François Blanchet (chef du Bloc Québécois et député de Beloeil-Chambly) et Louis Plamondon (député de Bécancour-Nicolet-Saurel)