Le Bloc Québécois demande au gouvernement d’attribuer à la Davie le contrat du brise-glace de classe polaire

Québec, le 12 juin 2020 Le Bloc Québécois dénonce l’inertie du gouvernement libéral dans l’octroi du contrat de construction du brise-glace de classe polaire de la Garde côtière canadienne. La députée Julie Vignola, responsable des services publics, approvisionnement et opérations gouvernementales, demande au gouvernement de prendre une décision favorable au chantier maritime Davie situé dans la région de Québec.

Deux chantiers rivaux ont annoncé mardi une alliance stratégique afin de concurrencer la Davie qui selon toute vraisemblance devait décrocher le contrat de plus de 1,3 G$ pour la construction du navire. Hier, à la Chambre des communes, la députée a redemandé au ministre : « Alors que cette alliance tente encore de tasser la Davie du projet de construction du brise-glace de classe polaire, bien que la date de soumission soit largement passée et que la Davie est préqualifiée, quand recevra-t-elle le contrat de construction ? » Une fois de plus, le ministre est resté vague concernant ses intentions envers la Davie.

Le chantier maritime Davie représente plus de la moitié de la capacité de production des navires au Canada. Pourtant, il aura fallu près de dix ans d’attente avant que le gouvernement ne permette à celui-ci de se « préqualifier » pour devenir le troisième chantier de la stratégie navale canadienne. Alors que les deux autres chantiers, en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique, ont pu profiter de près de 100 milliards de dollars en contrats octroyés depuis le début de la stratégie navale en 2010, la Davie n’a reçu que des miettes, c’est-à-dire 3 %.

Le Bloc Québécois dénonce la façon dont le Québec est traité dans la stratégie navale canadienne qui touche particulièrement la région de Québec. Les investissements démontrent clairement que le Québec a été laissé pour compte par les gouvernements conservateurs et libéraux au cours des dix dernières années. « Le flou sur l’octroi du contrat de construction du brise-glace n’augure rien de bon pour la suite des choses », déplore Julie Vignola.