Ça fait du bien de s’voir à Drummond

Drummondville, le 4 juillet 2020 — À l’occasion de la tournée estivale du Bloc Québécois, Ça fait du bien de s’voir, le chef Yves-François Blanchet était de passage au Centre-du-Québec hier. Il était accompagné du député de Drummond, Martin Champoux.

« C’est un sentiment très particulier pour moi de revenir ici, je serai toujours un Drummondvillois », a lancé le chef du Bloc Québécois.

Les élus ont visité les installations de l’entreprise La feuille verte spécialisée dans les produits à base de chanvre sans THC.  Ils ont également discuté avec le Directeur général de la Société de développement économique de Drummondville (SDED), Martin Dupont, et ont abordé les enjeux de la PCU et de la subvention salariale.

« Ce que nous venons de traverser commande qu’on soit créatif, innovateur. C’est l’occasion de se réinventer vers une transition écologique, vers une vision plus durable  de notre économie », soutient le chef du Bloc Québécois.

Après avoir partagé un dîner avec les militants de Drummond, Yves-François Blanchet et Martin Champoux ont assisté à une prestation très particulière de l’Orchestre symphonique de Drummondville devant les résidents de la Terrasse de la Fonderie.

« Ce fut un plaisir de pouvoir échanger avec les résidents. Les personnes aînées ont été durement touchées par la pandémie, c’est pourquoi nous avons plusieurs propositions pour les soutenir à long terme. Le gouvernement pourrait commencer dès maintenant en bonifiant l’aide annoncée », ajoute Yves-François Blanchet.

« Les occasions de rencontrer les citoyens sont précieuses, ça nous a beaucoup manqué pendant le confinement. Nous voulons être au fait des enjeux qui tiennent à cœur aux gens d’ici, que ce soit la situation financière des aînés, l’internet haute vitesse, les transferts en santé, la sauvegarde du milieu culturel ou encore l’environnement. Nous sommes là pour écouter notre monde et préparer le terrain pour la sortie de crise et la relance économique. Aucun doute que la région sera encore une fois un modèle de réussite pour le reste du Québec! », conclut Martin Champoux.