Le Bloc Québécois satisfait, mais s’attend à des gestes concrets pour la transformation et l’innovation

Ottawa, le 15 septembre 2020 – Simon-Pierre Savard-Tremblay, député de Saint-Hyacinthe—Bagot et porte-parole du Bloc Québécois au Commerce international, Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole du Bloc Québécois à l’Innovation et aux Ressources naturelles, Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean et Marilène Gill, députée de Manicouagan, sont satisfaits de l’abandon des tarifs douaniers sur l’aluminium par les États-Unis. Ils demandent que le gouvernement s’occupe maintenant des transformateurs.

Les élus du Bloc Québécois ont réagi avec soulagement à la nouvelle qui survient avant que des contre-tarifs douaniers aient été imposés par le gouvernement canadien. Les alumineries les plus importantes de l’Amérique du Nord se trouvent dans leurs circonscriptions.

« La guerre commerciale n’est pas un procédé rare pour l’administration américaine, et pas seulement l’actuelle. Nous nous réjouissons de la levée des tarifs sur une industrie essentielle pour le Québec, la plus verte au monde. Le Bloc Québécois sera toujours aux côtés des travailleurs de l’aluminium, comme il l’a été dans le dossier de l’ACÉUM et de la traçabilité du métal primaire », explique Simon-Pierre Savard-Tremblay, le député de Saint-Hyacinthe—Bagot et porte-parole du Bloc Québécois au Commerce international.

Mario Simard, quant à lui, souligne qu’il faut désormais se concentrer sur la diversification du secteur. « Encore une fois, on voit que l’ensemble canadien protège mal une industrie névralgique à l’économie québécoise. J’espère que cet épisode aura montré au gouvernement fédéral que l’on doit absolument investir dans la deuxième et la troisième transformation. On a proposé des solutions, partons de ce dénouement heureux pour en arriver à un meilleur avenir pour l’industrie ! », plaide le député de Jonquière et porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Innovation.

Alexis Brunelle-Duceppe s’est aussi réjoui de la nouvelle d’aujourd’hui. « Je suis soulagé que ces tarifs soient levés. C’est une bonne nouvelle pour nos producteurs d’aluminium et les travailleurs. Il faut toutefois rester vigilant. Les États-Unis pourraient réimposer des tarifs », souligne le député de Lac-Saint-Jean.

Pour Marilène Gill, le dossier de l’aluminium n’est pas pour autant terminé. « Malgré la levée des tarifs, le gouvernement doit assurer un soutien financier sérieux à l’industrie de l’aluminium pour la rendre plus compétitive, non seulement en raison de la concurrence, mais aussi de la crise économique qui sévit. Nous le devons à nos gens, que ce soit à Baie-Comeau, à Bécancour ou à Arvida ! », croit la députée de Manicouagan.

Les élus indépendantistes réitèrent qu’ils comptent être constructifs et souhaitent des actions qui bénéficieront aux travailleuses et aux travailleurs de l’industrie avant tout.

Rappelons que le gouvernement américain a annoncé l’imposition de tarifs douaniers sur l’aluminium le mois dernier. Le gouvernement Trudeau devait répliquer par des contre-tarifs qui devaient être détaillés cet après-midi.