Annulation de la convention de vente à Air Canada: Le ministre Alghabra a fait perdre un temps précieux à Air Transat

Vendredi le 2 avril 2021 – Le député de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères et porte-parole du Bloc Québécois en matière de Transports, Xavier Barsalou-Duval, réagit à l’annonce de l’annulation de la convention de vente d’Air Transat à Air Canada et blâme le ministre des Transports, Omar Alghabra.

« Le ministre aurait pu faire son devoir en considérant les autres avenues possibles et en écoutant les avis des experts de la concurrence, mais il a préféré faire la sourde oreille. De par sa passivité, le ministre a non seulement mis en péril la concurrence, mais aussi les emplois des milliers de travailleurs d’Air Transat », a déploré Xavier Barsalou-Duval.

« En prenant une éternité avant de rendre une décision et approuvant une transaction qui était vouée à l’échec dès le début, le ministre Alghabra a fait perdre un temps précieux à Air Transat qui est demeuré dans l’incapacité de prendre des décisions importantes pendant plus d’un an, sous l’égide d’Air Canada », a ajouté le député.

Le porte-parole bloquiste souhaite un scénario où la propriété québécoise serait favorisée à l’avenir :« Air Transat est un fleuron qui a fait la fierté des Québécois tout en offrant aux francophones de faire carrière dans l’aviation. Il est dans notre intérêt collectif que son centre décisionnel tout comme son contrôle demeure au Québec. »

Le député en profite également pour rappeler que la crise sanitaire a engendré une situation d’urgence qui a mis en péril l’entièreté du secteur aérien et que des actions se font toujours attendre de la part du gouvernement libéral.

« Un an après le début de la pandémie, contrairement à l’ensemble des pays du G7, le Canada n’a encore offert aucune aide sectorielle au secteur le plus durement touché par la pandémie de la COVID-19. Air Transat, a maintenant plus que jamais besoin de support et c’est pourquoi j’invite ardemment le ministre Alghabra à mettre fin à la procrastination de son gouvernement dans ce dossier », a conclu monsieur Barsalou-Duval.