Familles et citoyens

Les Québécois ont tout à gagner

Avec le Bloc Québécois, les Québécois font des gains. C’est le travail incessant du Bloc avec le gouvernement du Québec qui a permis la création du régime québécois de congés parentaux en 2006. La même année, alors que le gouvernement fédéral mettait en place ce qui allait devenir la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE), le Bloc a lancé une offensive pour le rendre non imposable, avec succès.

En élisant un fort contingent de candidates et de candidats du Bloc, les familles québécoises pourront faire d’autres gains.

  1. RENDRE NON IMPOSABLE LA PUGE

    BQ_meme_PUGELe gouvernement a mis en place des bonifications et a commencé à envoyer des chèques aux familles. Le problème, c’est que ces nouvelles prestations sont imposables et que pour les financer, le gouvernement a aboli le crédit d’impôt pour enfants. Les parents devront rembourser à l’impôt une bonne partie des sommes reçues.

    C’est absurde ! Le Bloc Québécois reprendra l’offensive encore une fois en proposant que les nouvelles prestations de la PUGE deviennent non imposables, ce qui permettra aux parents d’économiser des centaines de dollars par année.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici

  2. Redonner 190 millions aux contribuables québécois pour les frais de garde

    En choisissant d’aider les familles en leur offrant des services de garde de qualité à coût réduit, le Québec est pénalisé par la fiscalité fédérale. Ottawa économise en effet des centaines de millions sur le dos des parents. Les gouvernements successifs à l’Assemblée nationale demandent depuis longtemps qu’Ottawa indemnise financièrement le Québec.

    Le Bloc Québécois réclamera au nom du Québec une compensation financière de 190 millions de dollars pour indemniser les contribuables québécois.

  3. Réduire le prix des médicaments d’origine

    BQ_Meme_Medicaments_29septActuellement, le prix des médicaments d’origine est fixé par un mécanisme comparatif avec 7 pays où les médicaments sont parmi les plus chers de la planète. En élargissant au nombre de 13 les pays de comparaison, le prix des médicaments d’origine pourra diminuer de près de 11 %, ce qui permettra aux gens et au gouvernement du Québec d’économiser des centaines de millions de dollars chaque année.

    Le Bloc Québécois fera en sorte que le mode de fixation des prix des médicaments d’origine soit analysé et modifié afin d’en réduire les coûts.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici

  4. Une loi anti-briseurs de grève au fédéral

    Il existe depuis des décennies une loi anti-briseurs de grève au Québec, mais pas au niveau fédéral, ce qui crée deux classes de travailleurs.

    Le Bloc Québécois s’opposera à toute atteinte aux droits des travailleurs, notamment en déposant à nouveau un projet de loi anti-briseurs de grève.

  5. L’équité pour les femmes

    Les droits et les intérêts des femmes en ont pris un coup à Ottawa ces dernières années : remise en cause du droit à l’avortement, coupe dans le financement des groupes de femmes, équité salariale devenue facultative.

    En plus de faire annuler tous ces reculs, le Bloc Québécois présentera un projet de loi proactif sur l’équité salariale dans les secteurs sous juridiction fédérale.

  6. Mesures du Bloc Québécois destinées aux aînés

    Le Bloc Québécois propose différentes mesures qui permettront aux aînés de vivre dans la dignité. Que ce soit en bonifiant les prestations du Supplément de revenu garanti, en abolissant le fractionnement du revenu ou en créant un crédit d’impôt pour soins à domicile, le Bloc Québécois défend le mieux-être de nos aînés.

    Nous proposons également d’augmenter les investissements de 400 millions dans le logement social et de ramener l’âge de la retraite à 65 ans. Notons aussi notre engagement à augmenter les prestations du Régime de pensions du Canada et de créer une Prestation de soutien au revenu pour les travailleurs âgés (PSRPTA).

    Les aînés ont tout à gagner avec le Bloc Québécois.

    Pour plus de détails sur nos mesures destinées aux aînés

  7. Rétablir les crédits d’impôt pour les fonds de travailleurs

    En plus des investissements très importants des fonds de travailleurs dans l’économie québécoise, qui permettent de maintenir et de créer des milliers d’emplois, les fonds de travailleurs de la FTQ et de la CSN constituent d’importants véhicules d’épargne pour les Québécoises et les Québécois. Ces fonds bénéficient de crédits d’impôt spéciaux qui ont permis leur essor. Le gouvernement veut éliminer le crédit fédéral, une décision purement idéologique qu’il faut annuler.

    Le Bloc Québécois travaillera avec les partis à Ottawa qui sont favorables au retour du crédit d’impôt fédéral soutenant ces fonds.

  8. MORATOIRE SUR L’INSTALLATION DE BOITES POSTALES COMMUNAUTAIRES ET POURSUITE DU SERVICE POSTAL À DOMICILE

    Le programme de remplacement de la livraison du courrier à domicile par des boites communautaires se fait actuellement avec une grande arrogance par Postes Canada, qui ne consulte ni les municipalités, ni les citoyens concernés.

    Le Bloc Québécois propose d’imposer un moratoire à ce programme, le temps qu’il soit réétudié en profondeur en comité parlementaire. Entre temps, le gouvernement ordonnera à Postes Canada de poursuivre le service postal à domicile.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici

  9. PAS DE PÉAGE SUR LE PONT CHAMPLAIN

    PeageSi la construction du nouveau pont Champlain est coûteuse, c’est que cette infrastructure doit être surélevée pour enjamber la Voie maritime, une infrastructure maritime fédérale qui enrichit l’Ontario. D’aucune façon les usagers du nouveau pont n’ont à défrayer ces coûts par un péage imposé par Ottawa et qui aura pour conséquence d’augmenter la congestion sur les autres ponts.

    Le Bloc Québécois, fort du consensus de l’Assemblée nationale et des municipalités de la région de Montréal, s’opposera à l’installation d’un péage sur le nouveau pont Champlain et exigera qu’Ottawa contribue à la mise en place d’un système de transport en commun efficace.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici


 

L’économie québécoise et nos régions ont tout à gagner

Avec le Bloc Québécois, notre économie et notre marché de l’emploi font des gains. C’est, par exemple, le travail exemplaire des élus du Bloc Québécois qui a permis de maintenir une pression maximale auprès des gouvernements fédéraux pour protéger la gestion de l’offre ou nos producteurs de fromages fins. Les entreprises du secteur de l’aéronautique, nos PME en région, notre industrie touristique et nos entreprises culturelles ont toutes pu compter sur le Bloc Québécois au cours des années.

En votant pour le Bloc, on se donne les moyens de faire des gains pour l’économie et l’emploi chez nous.

  1. MESURES FISCALES POUR LES EMPLOIS D’AVENIR

    Depuis des années, l’économie manufacturière québécoise souffre de la négligence fédérale dont la politique industrielle est essentiellement axée sur l’exploitation des hydrocarbures.

    Le Bloc Québécois propose une série de mesures fiscales pour soutenir l’innovation, les PME, ainsi que la création de nouveaux emplois d’avenir comme dans le secteur de l’économie numérique. Le Bloc propose notamment la création d’un fonds d’investissement pour les secteurs de pointe tels que le multimédia et le jeu vidéo, les technologies vertes, le transport avancé, les nouveaux matériaux, l’aérospatiale et le pharmaceutique.

  2. DÉCLARATION UNIQUE ET ADMINISTRATION DE L’IMPÔT AU QUÉBEC

    impot_11septembreLes chevauchements administratifs entre Québec et Ottawa coûtent cher et sont souvent inefficaces. C’est le cas de la perception des impôts, alors que l’existence de deux agences du revenu oblige les particuliers et les entreprises à produire deux déclarations de revenus au lieu d’une.

    Le Bloc Québécois propose que Revenu Québec, qui administre déjà la perception de la TPS fédérale, administre aussi l’impôt fédéral, ce qui permettra des économies administratives substantielles de plusieurs centaines de millions de dollars par année. N’ayant plus qu’une déclaration d’impôt à produire, les particuliers et les entreprises feront des gains de temps et d’argent.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici

  3. FAIRE DE L’ASSURANCE-EMPLOI UNE VÉRITABLE ASSURANCE

    AssEmploiL’habitude de piger des milliards dans la caisse d’assurance-emploi est entrée dans les moeurs à Ottawa. C’est pourtant scandaleux de piger dans une caisse constituée des cotisations des travailleurs et des employeurs. D’autant que le régime couvre maintenant seulement 40 % des chômeurs. Les conditions pour accéder aux prestations défavorisent particulièrement les femmes, les jeunes et les travailleurs saisonniers de nos régions.

    Le Bloc Québécois proposera une réforme en profondeur du régime pour en refaire un véritable régime d’assurance pour les travailleurs qui perdent leur emploi. Le Bloc réclamera notamment une caisse d’assurance-emploi autonome, une hausse des prestations à 60 % du revenu, l’annulation du délai de carence, l’accessibilité au régime à partir de 360 heures travaillées et l’abolition du Tribunal de la sécurité sociale.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici


 

Les Québécois ont tout à gagner à bénéficier d’une sécurité accrue

  1. ASSURER LA SÉCURITÉ DU TRANSPORT PAR RAIL

    SecuriteTrainDepuis la tragédie de Lac-Mégantic, le gouvernement canadien a trop peu resserré la sécurité du transport de matières dangereuses – et notamment du pétrole – par train. Pourtant, dans l’enquête sur cette tragédie, le Bureau de la sécurité des transports (BST) a sévèrement blâmé Transports Canada pour son laxisme : « Transports Canada ne procédait pas à des vérifications des compagnies ferroviaires assez fréquentes et assez poussées. » Malgré ce blâme très sévère, le gouvernement canadien tarde à prendre les mesures appropriées.

    Le Bloc Québécois propose l’imposition de frais supplémentaires aux transporteurs de marchandises dangereuses par rail pour financer une augmentation substantielle des moyens d’inspection des rails et de contrôle des pratiques des entreprises par Transports Canada.

    Pour de plus amples détails, cliquez ici

  2. UNE COMPENSATION FINANCIÈRE POUR LE REGISTRE QUÉBÉCOIS DES ARMES À FEU

    Le démantèlement du registre canadien des armes à feu et la destruction programmée des données par le gouvernement fédéral constituent une bêtise sans nom. Cet outil fort apprécié des policiers permettait de sauver des vies et les sommes investies pour le constituer ont été gaspillées. Son maintien fait l’objet d’un large consensus au Québec, qui va des chefs de police au Barreau en passant par l’Assemblée nationale.

    Le Québec, ayant manifesté sa volonté de créer son propre registre pour pallier l’incurie fédérale, s’est vu refuser le transfert des données québécoises par le gouvernement conservateur. Cette question fait actuellement l’objet d’une cause en cour.

    Le Bloc Québécois exigera du prochain gouvernement fédéral une compensation financière qui sera versée au gouvernement du Québec pour la constitution de son propre registre, ainsi que le transfert des données québécoises de l’ancien registre fédéral.

  3. LÉGALISATION DE LA CONSOMMATION ET DE LA VENTE DE CANNABIS

    La lutte contre la consommation et le trafic de drogue a montré ses limites un peu partout en occident. La criminalisation de la consommation de cannabis, par exemple, a eu pour conséquence d’alourdir le système de justice et le travail des policiers. Cette criminalisation a aussi eu l’effet pervers de favoriser le crime organisé, qui en a fait un marché très lucratif. En matière de santé publique, il est impossible de réglementer et de contrôler la qualité d’un produit illégal.

    Certains États américains comme le Colorado ont conclu à l’échec de cette politique et ont décidé de légaliser la vente et la consommation de cannabis. Cette décision est bénéfique à bien des égards. Elle permet de réglementer la production et la vente, ce qui comporte des avantages indéniables en matière de santé publique. Elle permet également de soustraire au crime organisé ce marché lucratif et, finalement, elle permet aux pouvoirs publics de taxer ce produit et ainsi générer des revenus pour l’État.

    Le Bloc Québécois proposera la création d’un comité spécial itinérant, incluant des représentants du gouvernement du Québec et des différentes provinces, chargé d’étudier les impacts d’une légalisation de la vente et de la consommation de cannabis au Canada.

  4. ABROGER C-51

    La loi C-51, qui donne des pouvoirs accrus de surveillance au gouvernement fédéral, va trop loin et menace nos libertés. D’autant plus que le processus de nomination des membres du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) est pour le moins bancal, comme l’a démontré la nomination d’Arthur Porter à sa présidence.

    Le Bloc Québécois propose d’abroger la loi C-51 et que la nomination des membres du CSARS soit appuyée par l’ensemble des partis de la Chambre des communes.