Bloc Québécois

Trans Mountain : l’intérêt de la planète passe avant l’intérêt de l’Alberta

16 avril 2018

Ottawa, le lundi 16 avril 2018 – Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois, ainsi que Marilène Gill, députée de Manicouagan, exigent du gouvernement canadien, dans l’intérêt supérieur de la planète et en solidarité avec le gouvernement de Colombie-Britannique, qu’il respecte sa signature de l’accord de Paris en mettant fin au projet Trans Mountain.

« Dans le conflit qui oppose la Colombie Britannique et l’Alberta, le gouvernement Trudeau a, semble-t-il, choisi son camp, sans cohérence avec sa signature de l’accord de Paris sur le climat. Selon lui, les intérêts économiques des provinces pétrolières doivent primer, quitte à sortir l’arsenal constitutionnel canadien », affirme Martine Ouellet.

Le nouvel oléoduc augmenterait la quantité de pétrole brut transporté de 300 000 barils par jour, à 890 000 barils par jour. Ce projet permettrait une expansion considérable de l’extraction des sables bitumineux, ajoutant des millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre à un moment où nous avons désespérément besoin de les réduire. Selon Greenpeace, le projet de Kinder Morgan aurait les mêmes impacts climatiques que 2,7 millions de voitures par an[1]. La construction de nouvelles capacités de transport et d’exportation du pétrole canadien vise à doubler en 15 ans la production du pétrole des sables bitumineux, le plus polluant de la planète.

À la lumière de ces considérations, le Bloc québécois appuie le gouvernement de Colombie-Britannique et célèbre la mobilisation de sa population visant à bloquer l’expansion des activités pétrolières. « Cet objectif de l’industrie pétrolière va à l’encontre de la nécessaire évolution internationale entreprise vers les énergies renouvelables », rappelle Marilène Gill.

Les citoyennes et les citoyens du Québec seront affectés comme les autres par les effets néfastes de Trans Mountain sur le climat. « Alors que toutes les ressources financières canadiennes devraient être affectées à réduire notre dépendance au pétrole, les Québécoises et Québécois continuent à financer, par notre 50 milliards envoyé à Ottawa, les intérêts de l’industrie pétrolière. Ce projet de pipeline s’inscrit à l’encontre des intérêts du Québec, qui gagnerait à devenir indépendant afin de se donner tous les moyens de réaliser un  véritable virage vert », conclut Martine Ouellet.

 

Pour les demandes d’entrevue :

Antoni Gilbert

(819) 360-8632

[1] http://www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/Energies/sables-bitumineux/Loleoduc-Kinder-Morgan/