Bloc Québécois

IRAI, Idée fédérale et La Presse : le deux poids deux mesures quant à l’octroi de titres d’organisme de bienfaisance est scandaleux !

10 mai 2018

 

Ottawa, le jeudi 10 mai 2018 – À la lumière du refus essuyé par l’IRAI dans sa demande d’enregistrement à titre d’organisme de bienfaisance auprès de l’Agence du revenu du Canada, Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois et députée à l’Assemblée nationale, ainsi que Xavier Barsalou-Duval, chef parlementaire du Bloc Québécois, dénoncent deux poids deux mesures relatif à l’octroi du titre d’organisme de bienfaisance en rappelant que Idée fédérale, réseau québécois de réflexion dédié au fédéralisme, a obtenu ce titre, et s’interrogent sur le traitement qui sera offert à La Presse pour la suite des choses.

Le Bloc Québécois dénonce le deux poids deux mesures de l’Agence du revenu du Canada quant à l’octroi du titre d’organisme de bienfaisance : tandis que l’IRAI a essuyé un refus sous prétexte que l’organisme « agit afin de promouvoir l’idée de l’indépendance du Québec » et que les dirigeants ont eu des liens avec le Parti Québécois, le réseau québécois de réflexion Idée fédérale, qui promeut le fédéralisme et dont la majorité des membres du CA sont des donateurs libéraux, a obtenu ce titre.

L’Agence de revenu du Canada justifie le refus du titre en exprimant que l’IRAI travaillerait dans l’intérêt du Parti Québécois. « Comment expliquer alors que, depuis 2006, 5 administrateurs d’Idée fédérale sur 7 aient donné au PLC pour un total de 11 366,22 $? », s’est interrogé Xavier Barsalou-Duval.

Pour ce qui est de La Presse, dont la ligne éditoriale est connue publiquement comme étant fédéraliste, même son de cloche : 5 administrateurs sur 6 ont donné au PLC pour un total de 60 471,61 $ depuis 2004. « Doit-on s’attendre à ce que La Presse ait le même traitement préférentiel et injuste pour l’IRAI? Surtout que la volonté exprimée par Power Corp. que La Presse obtienne le titre d’organisme de bienfaisance se manifeste alors que le gouvernement libéral a annoncé dans le budget fédéral que les journaux canadiens pourraient obtenir le titre d’organisme de bienfaisance… Surprise! », a fait valoir le chef parlementaire.

« Aussi, clairement, comme dans le cas de La Presse, la mission d’Idée fédérale est politisée. Il suffit de prendre connaissance de leur mission sur leur site Internet pour le constater », a fait valoir Martine Ouellet. Leur mission consiste à promouvoir le fédéralisme, dit « idée politique de grande noblesse ». Il est précisé que la diffusion de leurs publications est « essentielle pour amener une perspective différente au débat public québécois où domine la notion que le Québec est maltraité dans la fédération canadienne ». « Ce n’est pas politique, ça ? Dans le contexte politique propre au Québec, la promotion du fédéralisme est la stricte contrepartie de la promotion de l’indépendance », a ajouté Martine Ouellet.

Pour le Bloc Québécois, ce deux poids deux mesures est scandaleux. L’Agence du revenu du Canada accepte d’accorder le titre d’organisme de bienfaisance à un réseau de réflexion fédéraliste, qui fait la promotion du fédéralisme canadien et où siègent une majorité de donateurs libéraux, tandis qu’il refuse la pareille à son pendant naturel : l’IRAI. « Ce favoritisme odieux de l’Agence du revenu du Canada nous rappelle l’injustice systémique à laquelle les Québécois et Québécoises font face dans le Canada. Peut-on s’attendre au même traitement qui a toute les apparences d’un choix partisan pour La Presse? Vraiment, la seule façon d’échapper à ce régime, c’est la République du Québec », a conclu la chef du Bloc Québécois.

 

Pour les demandes d’entrevue :

Antoni Gilbert

819 360-8632