Priorité environnement : le Bloc Québécois visera une campagne nationale carboneutre

Matane, le 22 août 2019 –– Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Kristina Michaud, candidate du parti dans Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, ont annoncé que le parti travaillera à mener une campagne nationale carboneutre, notamment en collaboration avec le projet Carbone boréal.

« Je serai évidemment aux quatre coins du Québec tout au long de la campagne pour rencontrer les Québécoises et les Québécois, mais nous souhaitons réduire autant que possible notre empreinte écologique. C’est pourquoi pour chaque tonne de gaz à effet de serre émise pour le transport, le Bloc versera une somme d’argent à Carbone boréal en échange d’une attestation de compensation. L’argent servira à compenser nos émissions par la plantation d’arbres et la recherche universitaire. J’invite tous les candidats et candidates du Bloc Québécois qui désirent participer à mener, eux aussi, une campagne verte pour faire honneur aux mesures écologistes solides que nous allons présenter à la population », a déclaré M. Blanchet.

Le Bloc Québécois versera une double compensation au projet Carbone boréal, soit 94 $ par 1 000 kilomètres parcourus par son équipe de campagne. Le projet, relié à l’Université du Québec à Chicoutimi, utilisera ces sommes pour la plantation expérimentale d’arbres dans la forêt boréale dans des zones où la forêt ne se régénère pas d’elle-même. Il s’agit donc à la fois d’une manière de compenser les émissions de gaz à effet de serre et de financer la recherche en région.

« J’embarque sans hésitation et je ferai moi aussi une campagne écologique dans Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, en m’associant avec un organisme local pour m’assurer que les émissions causées par mes déplacements soient compensées par la plantation d’arbres, à même ma circonscription. Je sais que les gens de chez nous sont préoccupés par les changements climatiques et les quatre MRC de la circonscription ont soutenu la Déclaration d’urgence climatique, tout comme le Bloc Québécois. Ici, nous vivons concrètement les effets des changements climatiques, notamment lorsqu’on pense à l’érosion des berges. Je compte donc participer à l’initiative et j’invite mes collègues à tenter l’expérience », a conclu Kristina Michaud.