Bloc Québécois

Délocalisation des contrôleurs ferroviaires québécois: Ottawa doit faire changer d’idée le CN

17 décembre 2019
Montréal, le 17 décembre 2019

Délocalisation des contrôleurs ferroviaires québécois:

Ottawa doit faire changer d’idée le CN

 

Xavier Barsalou-Duval, porte-parole du Bloc Québécois en matière de transports, et Mario Beaulieu, porte-parole du parti en matière de langues officielles, ont dénoncé l’intention présumée du Canadien National (CN) de déménager son centre de contrôle ferroviaire de Montréal à Edmonton. Cette délocalisation causerait des inquiétudes accrues pour la sécurité ferroviaire et l’offre de services en français, en plus d’entraîner des pertes d’emplois au Québec.

 

« Alors que le nombre d’incidents ferroviaires est en constante augmentation et à la suite des déraillements récents à Bolton-Ouest, Nantes et Saint-Polycarpe, il apparait complètement irresponsable de délocaliser tous les contrôleurs vers l’Alberta. Le gouvernement fédéral doit faire pression sur le CN pour mettre un terme à cette mauvaise idée », a déclaré M. Barsalou-Duval.

 

C’est le signalement du syndicat des contrôleurs en circulation ferroviaire au CN qui a révélé que l’entreprise a préparé un plan d’aménagement impliquant le transfert des emplois de contrôleur vers Edmonton. Le syndicat des contrôleurs a déjà reçu un avis formel pour le transfert de cinq postes vers la capitale albertaine. Le Bloc rappelle que le CN a l’obligation légale de maintenir son siège social à Montréal.

 

Un danger pour la sécurité

 

« Puisque le Canadien Pacifique a déjà transféré ses activités en Alberta, l’ensemble des contrôleurs du réseau deviendrait concentré au même endroit. Une simple catastrophe naturelle ou une panne majeure pourrait paralyser le transport par train en totalité sur le territoire québécois, incluant les convois contenant des matières dangereuses », a fait valoir M. Barsalou-Duval.

 

Un déménagement signifierait également l’embauche de nouveaux employés pour remplacer les travailleurs québécois ne souhaitant pas postuler à Edmonton, « ce qui augmenterait le risque d’erreurs humaines, et donc d’accidents », selon le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.

 

Le français encore bafoué

 

Le CN doit offrir des services en français en vertu de la Loi sur les langues officielles. Or, puisque seulement 7 % des Albertains affirment pouvoir parler français, il est vraisemblable que les emplois québécois délocalisés seront dorénavant occupés par des unilingues anglophones.

 

« C’est un autre facteur non négligeable pour la sécurité, puisqu’il pourrait y avoir de graves problèmes de communications entre les membres du personnel et les contrôleurs. Je suis fortement préoccupé par cette éventualité. Ce déménagement est nuisible en tout point pour le Québec », a conclu Mario Beaulieu.