Circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier : Le Bloc Québécois insiste sur la gestion de l’offre et l’aluminium

Grondines, le 2 février 2020

Circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier : Le Bloc Québécois insiste sur la gestion de l’offre et l’aluminium

 

En présence du chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, et de Julie Vignola, députée de Beauport-Limoilou, les membres de la circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier ont tenu aujourd’hui à la Fromagerie des Grondines leur assemblée générale annuelle.

 

M.Blanchet a profité de l’occasion pour saluer l’élection du nouveau président de l’exécutif, Christian Hébert, ancien candidat dans Louis-Hébert : « Christian est un homme de confiance pour les militants, le parti et, pour tout dire, pour moi comme ami. Il a un parcours impressionnant. C’est un passionné, entrepreneur créatif et engagé sans relâche auprès de ses pairs agriculteurs afin de promouvoir et défendre leurs intérêts. »

 

Le chef du Bloc Québécois a tenu à rappeler lors de son allocution tout le travail amorcé par le Bloc pour supporter le modèle agricole québécois. « Nous allons non seulement déposer un projet de loi pour protéger intégralement la gestion de l’offre lors des négociations d’accord de libre-échanges, mais aussi obtenir, sans condition, les compensations financières dues aux producteurs de lait, d’œufs et de volailles pour les brèches consenties par le gouvernement. Il en va de la vitalité de nos régions, en particulier celle de la belle circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier. », a déclaré le chef du Bloc Québécois.

 

Le leader bloquiste a longuement entretenu les nombreux militants de l’enjeu de l’aluminium, notamment de la menace que la version actuelle de l’ACÉUM fait peser sur l’aluminerie de Deschambault : « En 48 heures, le gouvernement a renoncé aux protections obtenues auparavant pour l’aluminium.  Encore une fois, pour arracher une signature, le gouvernement a bradé les intérêts du Québec. » Il a rappelé que les discussions se poursuivent sur une proposition de règlement déposée par le Bloc Québécois afin de protéger les travailleurs québécois de l’aluminium.

 

« D’autres dossiers retiennent aussi notre attention, comme l’actuelle pénurie de main-d’œuvre dans la région qu’il est urgent de régler, ou encore l’obtention de la juste part des contrats fédéraux et des investissements structurants dans le réseau routier, dans le transport collectif, dans la couverture internet et la diminution des coûts de téléphonie cellulaire et d’accès à internet et dans les centres de recherche qui permettront à l’économie régionale de réussir sa transition énergétique et numérique », a conclu Julie Vignola.