Dénouer WE Charity et relancer la lutte à la COVID-19

Shawinigan, le 24 juillet 2020 – Dans la foulée des admissions du premier ministre Justin Trudeau et du ministre des Finances Bill Morneau, le Bloc Québécois publie la déclaration suivante :

Attendu que le premier ministre et le ministre des Finances ont des liens directs et familiaux avec l’organisme WE Charity ;

Attendu que le premier ministre, son cabinet et le ministre des Finances ont participé directement à l’octroi d’un mandat à l’organisme WE Charity pour administrer un programme de bénévolat jeunesse de 910 millions de dollars sans appel d’offre ;

Attendu que le premier ministre et le ministre des Finances ne se sont pas récusés et ont dissimulé leurs liens avec l’organisme WE Charity ;

Attendu que le premier ministre et le ministre des Finances ont d’abord révélé des honoraires consentis à l’organisme WE Charity laissant croire que celui-ci recevrait 19 millions de dollars plutôt que 43,5 millions de dollars pour la gestion du programme de bénévolat jeunesse ;

Attendu que le programme de bourses au bénévolat jeunesse est de surcroît une ingérence directe dans une juridiction exclusive du Québec ;

Attendu que, compte tenu de la pandémie, les partis d’opposition et la population devaient pouvoir faire confiance aux décisions prises par le gouvernement et que le premier ministre et le ministre des Finances ont trahi cette confiance ;

Le Bloc Québécois demande la démission de messieurs Justin Trudeau et Bill Morneau comme premier ministre et ministre des Finances.

Si messieurs Trudeau et Morneau devaient ne pas obtempérer, le Bloc Québécois consultera les Québécois dans la perspective du dépôt d’une motion de censure à l’encontre du gouvernement, dès le retour en Chambre en septembre 2020.

De plus, le Bloc Québécois demande au Directeur général des élections du Canada de considérer des mesures de distanciation sociale en vue d’une élection générale qui pourrait être déclenchée avant qu’une solution médicale ne dispose de la maladie, et au Président de la Chambre des Communes de prendre des dispositions en vue d’un vote de l’ensemble des 338 élus au parlement fédéral dès la rentrée du 21 septembre, voire auparavant.

Le chef du Bloc Québécois et député de Beloeil-Chambly, Yves-François Blanchet, a commenté ainsi la déclaration : « Nous croyons que les Québécois souhaitent voir les gouvernements affronter la pandémie de la COVID-19 et ses effets économiques plutôt que de retourner aux urnes. Nous avons proposé un retrait temporaire du premier ministre sans présumer des résultats des audiences et enquêtes en cours. Depuis, les aveux du premier ministre et du ministre des Finances, et l’utilisation politique de listes de participants aux activités de WE Charity par le Parti libéral du Canada, ont rendu impossible de cautionner davantage ce gouvernement. Les Québécois peuvent ne pas vouloir une élection à court terme, mais nous comprenons qu’ils veulent encore moins un autre scandale partisan et libéral qui nuit gravement à la lutte à la COVID-19. Il faut revenir à la gestion de cette crise sanitaire, et seul le Québec semble à la hauteur de la tâche. »