Tarifs douaniers sur l’aluminium : Le Bloc Québécois demande l’imposition de contre-tarifs et un réinvestissement immédiat pour le secteur de l’aluminium

Saguenay–Lac-Saint-Jean, 6 août 2020 — Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole en matière de Ressources naturelles, Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean, Marilène Gill, députée de Manicouagan, ainsi que Louis Plamondon, député de Bécancour-Nicolet-Saurel, invitent le gouvernement fédéral à répondre fermement aux nouveaux tarifs douaniers imposés par les États-Unis.

Le 23 juin dernier, le Bloc Québécois avait pourtant demandé au gouvernement Trudeau d’agir rapidement pour empêcher l’imposition de tarifs. Manifestement, les démarches fédérales n’ont pas réussi à convaincre Washington.

« Voici une preuve supplémentaire que le gouvernement libéral aurait dû faire plus et mieux pour protéger l’aluminium du Québec. Ce n’est pas un succès et il aurait dû anticiper que le président Trump ferait de l’aluminium un enjeu électoral, quitte à nuire à l’économie américaine. Nous devons faire preuve de force, de rigueur et de détermination pour protéger notre monde et notre secteur de l’aluminium, sans équivoque et sans compromis. Il faut aussi développer le marché intérieur en favorisant la transformation. Encore une fois, le Bloc est prêt à livrer bataille et à gagner pour notre monde », a déclaré Yves-François Blanchet.

Le Bloc Québécois exige donc que trois actions soient posées par Ottawa :
– Imposer immédiatement des contre-tarifs douaniers;
– Investir immédiatement l’argent des contre-tarifs douaniers dans la modernisation et la transformation de l’aluminium au Québec;
– Rendre compte rapidement de l’état des sommes prélevées lors du dernier conflit et de son usage, tout en réservant les sommes résiduelles pour le secteur de l’aluminium du Québec.

« Je demeurerai prudent quant au travail de madame Freeland ; Donald Trump n’est pas un interlocuteur facile. Cependant, on peut imposer des contre-tarifs et j’espère que le gouvernement va le faire, car la situation commande une réponse musclée et rapide de la part d’Ottawa », a exigé Mario Simard.

Pour sa part Alexis Brunelle-Duceppe a insisté sur la mise en place d’une aide immédiate au secteur, et ce, à coût nul pour le gouvernement. « Les contre-tarifs de 2018 nous ont enseigné que le gouvernement n’a pas réinvesti les sommes après les avoir récoltées. On va faire notre travail et exiger des réponses et une bonne utilisation de l’argent de la part du gouvernement. »

Rappelons que le gouvernement américain avait imposé des tarifs douaniers sur l’aluminium en mai 2018 et que le Canada avait alors répliqué par des contre-tarifs. Contrairement à ce qu’avait promis le gouvernement Trudeau, l’argent amassé n’a jamais été réinvesti dans le secteur de l’aluminium, pourtant pénalisé par les mesures américaines.