Plus de chercheurs et plus de transparence, demande le Bloc Québécois

Normandin, 1er septembre 2020 — Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, accompagné d’Yves Perron, député de Berthier–Maskinongé et porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Agriculture, d’Agroalimentaire et de la Gestion de l’offre, de Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole du Bloc Québécois en Recherche et développement ainsi qu’en Ressources naturelles, et d’Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean, a demandé l’embauche de plus de chercheurs à la Ferme expérimentale de Normandin, ainsi que plus de transparence d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC).

C’est d’ailleurs devant la Ferme expérimentale de Normandin qu’ils ont annoncé ces demandes aux côtés d’Alexandre Bernier, président de relève agricole du Saguenay–Lac‑Saint‑Jean, et de Mario Fortin, maire de Normandin. Tous ont décrié le manque de ressources humaines qui menace l’avenir de cette institution.

Le chef du Bloc Québécois a souligné que l’agriculture nordique doit être développée et renforcée pour améliorer l’autonomie alimentaire du Québec et des régions nordiques. « Le gouvernement nous a refusé l’accès au centre de recherche. Il y a pourtant quatre élus de la Chambre des communes ici. On a des raisons de craindre que le Centre de recherche ne soit volontairement laissé à lui-même. Pourtant, face aux défis de la concurrence internationale et des changements climatiques, de même que devant les nouvelles exigences des consommateurs en termes de proximité et de qualité, seuls la recherche et le développement permettront à l’agriculture régionale et québécoise de faire face avec succès », insiste Yves-François Blanchet, rappelant que seuls trois chercheurs sont encore à l’emploi de la ferme, dont un a annoncé son départ à la retraite.

Pour sa part, Yves Perron mentionne que le gouvernement fédéral a une politique alimentaire qui vise à soutenir la sécurité alimentaire dans les communautés autochtones et du Nord : « La Ferme expérimentale doit continuer d’être un fer de lance de cette politique, mais pour ce faire, nous exigeons que le gouvernement prenne de nouveau et vraiment au sérieux le rôle de la ferme en lui donnant les ressources humaines qui lui manquent. »

Le député de Lac-Saint-Jean, où est situé l’établissement, a pour sa part exigé plus de transparence de la part d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) concernant la ferme expérimentale. « Il est extrêmement difficile d’avoir des relations avec la ferme expérimentale, pratiquement impossible de la visiter. Son travail mérite pourtant d’être plus connu et d’être promu. Plus de transparence de la part d’AAC, ça permettrait de connaître les dangers qui pèsent

sur cette institution capitale à la recherche et au développement en agriculture au Québec et au Canada », plaide Alexis Brunelle-Duceppe.

Rappelons que la Ferme expérimentale de Normandin a été créée en 1936 par le gouvernement fédéral. Elle est affiliée au Centre de recherche et de développement de Québec et d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et l’appuie dans ses recherches menées sur l’agriculture nordique et boréale.