Le Bloc Québécois : des solutions pour la forêt privée

Saguenay–Lac-Saint-Jean, 10 septembre 2020 — Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole en matière de ressources naturelles, et Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean, ont dévoilé des propositions du Bloc Québécois afin de mieux soutenir les propriétaires et entrepreneurs en forêt privée.

« Il faut dabord reconnaître puis investir dans le potentiel économique, écologique, énergétique et même de substitut à la pétrochimie du gigantesque secteur forestier du Québec. Ça passe par la recherche et la transformation sur notre territoire. Nous navons rien à envier au pétrole de lOuest. Notre ressource forestière est plus verte, porteuse de plus de richesse, plus diversifiée et plus durable parce que renouvelable à l’infini. Ottawa lignore volontairement. Le Bloc sy engage résolument », affirme Yves-François Blanchet.

En effet, le Bloc Québécois, pour donner un coup de pouce aux producteurs en forêt privée, soutient les mesures suivantes :

–   Instauration dun régime enregistré d’épargne pour le milieu forestier permettant de mettre, sous conditions, le revenu de coupe forestière privée à labri de limpôt et que son usage à des fins daménagement forestier demeure non imposable ;

–   Instauration dun régime d’étalement du revenu dexploitation forestière pour les entrepreneurs en forêt privée afin de diviser sur plusieurs années le revenu ponctuel de coupe et d’éviter que les coûts daménagement forestier au fil des ans ne soient plus élevés que le revenu net généré lors de lannée de coupe forestière.

Mario Simard souligne pour sa part que la création d’un environnement fiscal favorisant les investissements sylvicoles bénéficiera au Québec : « Les propriétaires forestiers sont difficilement en mesure de financer seuls les investissements dans leurs boisés pour des raisons largement documentées, dont un faible retour sur linvestissement et la possibilité dobtenir de meilleurs rendements avec des placements moins risqués. Une intervention gouvernementale est nécessaire pour encourager la sylviculture et conséquemment, l’aménagement de notre territoire », plaide le député de Jonquière.

Alexis Brunelle-Duceppe, dont la circonscription est largement forestière, s’est réjoui que le Bloc Québécois prenne fait et cause à nouveau pour la forêt. « Cest grâce aux véritables passionnés quon peut aspirer à atténuer limpact du réchauffement climatique, à protéger la biodiversité et à maintenir la qualité des bassins versants. Nous, on a écouté ce quils avaient à dire et encore une fois le Bloc Québécois est de leur côté », croit le député de Lac-Saint-Jean.