La Crise d’octobre : incarcérés pour délit d’opinion

En octobre 1970, la Loi sur les mesures de guerre proclamée par le gouvernement fédéral suspendait les droits et libertés des Québécois. 497 citoyens pacifiques sont arrêtés, molestés et incarcérés sur simple motif de leurs opinions politiques. Denis Trudel a réalisé cinq entrevues auprès de personnes qui ont subi ces exactions.

Retour sur les témoignages recueillis par Denis Trudel auprès de Gaëtan Dostie, Jocelyne Robert, Serge Mongeau, Louis Hains et Gilles Paquin, cinq personnes qui ont été arrêtées et emprisonnées sans raison en octobre 1970, en vertu de la Loi sur les mesures de guerre.

Dans la première de cette série de vidéos, Gaëtan Dostie témoigne.

Dans cette 2e vidéo de 5 de la série-témoignages réalisée par Denis Trudel sur la crise d’Octobre, Jocelyne Robert relate le traumatisme qu’elle a vécu lorsqu’enceinte de 7 mois, la police a fait irruption chez elle pour l’arrêter et l’incarcérer.

La police a fait irruption durant la nuit chez Serge Mongeau. Il est incarcéré 8 jours à Parthenais. Inquiétude, incertitude, anxiété… « Les premiers jours, c’était 23 heures et demie sur 24 en cellule », raconte celui qui, comme 496 autres personnes innocentes, a été emprisonné pour délit d’opinion.

Dans cette 4e vidéo de la série sur la Crise d’Octobre, Denis Trudel s’entretient avec Louis Hains qui raconte comment lui et ses copains, alors âgés de 16, 18 et 20 ans, ont été projetés dans un univers qui leur était totalement étranger : celui de la prison.

Mitraillettes en main, les policiers sont débarqués au milieu de la nuit chez Gilles Paquin. Soupçonné d’avoir une opinion contraire à celle du gouvernement, il a été emprisonné. Cette 5e vidéo de Denis Trudel sur la Crise d’Octobre dénonce les aspects arbitraires et abusifs de la Loi sur les mesures de guerre.