1000 $ pour la quarantaine : Les libéraux encouragent les contrevenants

Shawinigan, le 2 janvier 2021 – Le chef du Bloc Québécois et député de Beloeil‑Chambly, Yves‑François Blanchet, et le député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères et porte‑parole en matière de Transports, Xavier Barsalou‑Duval, ont tenu à commenter suite à l’annonce étonnante à l’effet que le gouvernement fédéral va offrir jusqu’à 1 000$ aux voyageurs de retour qui respectent la directive de 14 jours de quarantaine.

« Offrir une compensation financière aux gens en quarantaine forcée pourrait sembler une bonne idée, reconnaît Yves-François Blanchet, mais regardons de plus près : si quelqu’un voyage parce que c’est essentiel pour son travail, on peut croire qu’il ne perdra pas de revenu et si quelqu’un voyage par plaisir, on lui recommande déjà de ne pas voyager. C’est absurde dans la plupart des cas. Absurde ou électoral. »

Xavier Barsalou-Duval précise que c’est en plus très injuste : « Le gouvernement demande aux gens de ne pas voyager et c’est la bonne chose à faire, dit-il. Ensuite, il récompense ceux qui ne respectent pas la consigne en leur offrant 1 000$ et il continue de laisser tomber ceux qui ont acheté un voyage de bonne foi, souvent avec leur épargne de plusieurs années, souvent avant même la pandémie, en n’obligeant pas le remboursement des voyages. Ça aurait dû être fait depuis le mois de mars! Les États-Unis et l’Europe obligent le remboursement des billets d’avion. »

Yves-François Blanchet reproche au gouvernement de n’intervenir que trop tard en matière de contrôle aux frontières : « Les pays occidentaux échangent des données sur la pandémie et le Canada doit se doter d’une capacité d’intervention plus rapide, plus prudente, plus efficace. En n’imposant le test aux voyageurs de retour qu’à partir du 7 janvier, il permet à des milliers de gens de revenir sans avoir été testés alors qu’il ne déploie pas les moyens nécessaires pour assurer qu’au retour, la sécurité des Québécois et des Canadiens soit assurée. » Le Bloc Québécois n’adhère pas aux plaintes formulées par les compagnies aériennes : « Les compagnies aériennes se positionnent pour profiter à plein de l’aide gouvernementale, mais refusent de respecter leurs propres clients. Le gouvernement libéral est toujours davantage à l’écoute de ses amis chez Air Canada que des Québécois qui paient des taxes et des impôts. »