Fermeture partielle du port de Cap-aux-Meules : Le statu quo du fédéral est inacceptable

Ottawa, le 30 avril 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, ainsi que Marilène Gill, députée de Manicouagan, porte-parole en matière de Pêches et Océans et Garde côtière et responsable de la circonscription de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine pour le Bloc Québécois, constatent les effets de l’inaction de la ministre Lebouthillier et du fédéral dans le dossier du port de Cap-aux-Meules, qui a dû fermer 37% de sa capacité portuaire pour cause de dégradation des infrastructures. Ils critiquent l’absence de plan pour la réfection du quai. Face aux vives inquiétudes de la communauté madelinienne, qui craint que les infrastructures portuaires ne se détériorent davantage et mènent à plus de restrictions d’utilisation l’an prochain, voire à la fermeture complète du quai, ils interpellent le gouvernement fédéral afin qu’il donne suite aux demandes formulées par la communauté et le Bloc Québécois en mars.

« Le premier ministre Trudeau doit venir en aide aux entreprises liées à la pêche au moment même où elles luttent aussi pour émerger de la crise. Son inaction est troublante et son silence inacceptable, dans la mesure où la situation est directement imputable à des décennies de négligence des infrastructures par Ottawa. Nous avions mis sur la table des solutions concrètes pour aider à résorber la crise majeure que traversent les Madelinots et elles ont été ignorées. Le milieu nous confirme pourtant que la situation est intenable. Lors de tempêtes comme celle de la semaine dernière, les pêcheurs ont besoin d’un nombre de bornes d’amarrage suffisant pour la sécurité de chaque navire, d’autant plus que le port de Cap-aux-Meules est un refuge maritime pour les bateaux naviguant dans le golfe. Quant aux bornes d’amarrage restantes, plusieurs sont éloignées de toute source d’électricité. Tout ça n’est pas sérieux. L’industrie demande des actions concrètes et immédiates afin de sauver la saison de la pêche en 2021 et d’assurer celle de 2022 », déclare le chef du Bloc Québécois.

En réponse à l’annonce du gouvernement et afin d’assurer rapidement et de façon sécuritaire la reprise complète des activités du port, le chef du Bloc Québécois avait demandé au premier ministre Trudeau de :

  • Rendre publiques les études sur l’état du port de Cap-aux-Meules dans leur intégralité;
  • Obtenir une contre-expertise indépendante dans les plus brefs délais;
  • S’engager à offrir une compensation financière aux entreprises et aux pêcheurs qui devront assumer des pertes ou des coûts supplémentaires causés par la fermeture partielle des quais;
  • Présenter un plan d’action pour la réfection complète du port de Cap‑aux‑Meules;
  • Demander à Transports Canada de dépêcher sur place un administrateur afin qu’il surveille de près la situation.

« Nous partageons l’impatience et la colère des acteurs de l’industrie de la pêche qui affrontent un défi historique sans la moindre garantie du fédéral que la situation s’améliorera rapidement durablement. Nous continuerons d’être en contact étroit avec les acteurs du milieu et talonnerons le premier ministre afin qu’il intervienne enfin pour soutenir la population madelinienne comme elle le mérite. Les solutions existent. Tout ce que nous demandons, c’est un minimum de volonté politique pour les appliquer. C’est la moindre des choses! », conclut Marilène Gill.