Il faut plus que pelleter par en avant pour le port de Cap-aux-Meules

Gaspé, le 15 juillet 2021 – Marilène Gill, députée de Manicouagan, porte-parole en matière de Pêches et Océans pour le Bloc Québécois, ainsi que Guy Bernatchez, candidat du Bloc Québécois dans la circonscription de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine, déplorent l’absence de consultation d’abord et d’engagements concrets en faveur du port de Cap-aux-Meules par Justin Trudeau à la suite d’une annonce effectuée par le Premier ministre en Gaspésie.

« La mise en place d’une barge pour procéder à l’amarrage des bateaux pour la saison de pêche 2022, ce n’est pas la solution dont le milieu a besoin, lequel n’a d’ailleurs pas du tout été consulté à ce sujet. Est-ce que le gouvernement a pensé une minute à la sécurité des pêcheurs ? Un crabier, c’est gros et ça ne peut pas s’amarrer n’importe où, nous ont dit les pêcheurs. Le manque d’espace au port, c’est un problème qui dure depuis trop longtemps. Ce qu’il faut, c’est une mesure permanente et sécuritaire et, pour y arriver, il est nécessaire de considérer les solutions proposées par les Madelinots », affirme la députée de Manicouagan.

« La seule bonne nouvelle de l’annonce, c’est le retrait du port de la liste des infrastructures portuaires dont le gouvernement souhaite se départir. C’est un pas vers l’avant, mais le retrait de la liste ne garantit en aucun cas la remise sur pied rapide de l’efficacité du port. Les ports de la Gaspésie en sont la preuve. Il faut encore attendre les résultats de l’étude annoncée par le Premier ministre qui prétend que celle-ci évaluera les besoins de rénovations. D’ailleurs, sa mise en place aurait dû être faite bien avant. Cette étude-là doit ensuite mener à un plan directeur de réfection du port comme le demande le Bloc Québécois et les Madelinots depuis le début. Cela va encore prendre du temps. Combien d’années ? Pour le moment, les gens ont besoin de prévisibilité et d’échéanciers, c’est-à-dire de certitude pour s’assurer de pouvoir pêcher à plein potentiel, de façon sécuritaire et le plus rapidement possible. L’engagement du gouvernement n’est pas sérieux à ce niveau », poursuit Guy Bernatchez.

« Une chose est certaine : le Parti libéral sent la chaleur monter dans la circonscription de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine. Les annonces du Premier ministre sont à saveur électorale, faites sous la pression du milieu soutenu par le Bloc Québécois dans le dossier. Nous avons été actifs pour le port du Cap-aux-Meules et le demeurerons pour que des solutions efficaces soient mises en place afin de répondre adéquatement aux demandes des Îles. Pour nous, le port de Cap-aux-Meules est essentiel aux Madelinots, au Québec, et cela, qu’on soit en élections ou non », conclut Marilène Gill.