Avoir confiance en ce qui est autorisé dans notre assiette

Pont-Rouge, le 24 août 2021 – Yves-François Blanchet est revenu sur la volonté de Santé Canada d’augmenter la limite de résidus de pesticides permise sur certains aliments cet été, depuis renversée sous la pression entre autres du Bloc Québécois. Le chef du parti propose quatre mesures pour assurer la qualité et la sécurité de ce que les Québécois mettent dans leur assiette, ainsi que la réduction rapide du recours à plusieurs types de pesticides.

« Le Bloc Québécois n’est pas rassuré par le report de l’augmentation des pesticides par Santé Canada. Cette volte-face du gouvernement Trudeau, survenue à quelques jours des élections et après avoir prétendu être incapable d’agir, suggère qu’il a préféré étouffer l’affaire plutôt qu’en débattre devant les électeurs. Le Bloc Québécois propose au contraire un plan visant à réduire, puis éliminer, le recours à certains pesticides comme le glyphosate et les néonicotinoïdes par la recherche d’alternatives vertes et le soutien à la transition pour les producteurs de grains, céréales, légumineuses, fruits et légumes. Nous exigerons aussi des comptes au gouvernement Trudeau sur les rapports possiblement trop intimes entre le fédéral et les multinationales des pesticides », a déclaré M. Blanchet.

Le chef du Bloc Québécois fait référence à une proposition de Santé Canada de hausser les limites maximales de résidus de glyphosate permises dans certaines denrées alimentaires, à contre-courant de la tendance mondiale à réduire et questionner le recours à des produits potentiellement cancérigènes ou à lourd impact sur la biodiversité. Santé Canada agissait ainsi à la demande de la multinationale Bayer, propriétaire de la compagnie Monsanto, qui commercialise le populaire mais controversé herbicide Roundup. Au même moment, Santé Canada approuvait une demande similaire concernant le fongicide Métalaxyl sur des petits fruits, à la demande similaire de la multinationale Syngenta.

Talonné par la société civile et M. Blanchet, Ottawa a annoncé, le 4 août dernier, qu’il faisait marche arrière et repoussait ses consultations à 2022, décision entre autres saluée par l’Union des producteurs agricoles qui n’a jamais demandé de telles hausses des niveaux de résidus de pesticides.

Afin d’assurer aux Québécois des aliments sécuritaires et de qualité, le respect du principe de précaution ainsi que la probité de Santé Canada, le Bloc propose :

 

  • Une enquête indépendante sur les liens entre Santé Canada et les multinationales des pesticides devant mener à un encadrement accru des pratiques de lobby;
  • Une réforme du processus d’homologation et de réévaluation des pesticides et herbicides visant à rapidement évaluer la dangerosité potentielle des produits;
  • Un programme de recherche et de soutien transitionnel de 300 M$ sur quatre ans afin de développer des alternatives biologiques et non chimiques aux herbicides et pesticides, en soutenant les agriculteurs;
  • L’élimination rapide des néonicotinoïdes et, à terme, du glyphosate.

« C’est une approche fondée sur la science, respectueuse des écosystèmes, protectrice de la santé et empathique envers les agriculteurs et nos régions que nous présentons aux Québécois. Le principe de précaution doit primer sur l’intérêt des multinationales. Nous défendrons ces propositions, tout en surveillant étroitement la reprise des consultations sur le glyphosate que les libéraux se proposent de ramener en 2022. On comprend qu’un gouvernement majoritaire pourrait simplement procéder à la hausse des seuils permis », s’est inquiété M. Blanchet.

FICHE TECHNIQUE : RÉGULER LES PESTICIDES