Le Bloc Québécois : un allié indéfectible des producteurs agricoles

 Longueuil, le 3 septembre 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a été invité ce matin à rencontrer l’Union des producteurs agricoles (UPA) lors de leur conseil général. M. Blanchet et Yves Perron, député sortant de Berthier-Maskinongé, ont détaillé les engagements en agriculture que le Bloc Québécois prend auprès des représentants des quelque 42 000 producteurs et productrices agricoles du Québec.

« Le bilan exceptionnel du Bloc Québécois en matière d’agriculture et d’agroalimentaire témoigne de l’importance que nous accordons au travail de nos producteurs et à leur rôle crucial dans la vitalité des régions. Nous avons contribué à faire des avancées historiques pour protéger la gestion de l’offre et encourager la relève agricole, mais l’élection actuelle a mis ces progrès en danger. Aujourd’hui, je prends l’engagement auprès des producteurs que le Bloc Québécois va redéposer un projet de loi pour empêcher toute future brèche dans la gestion de l’offre dans les accords commerciaux. Tous les partis qui sont sérieux dans leur défense de l’agriculture devront l’appuyer, à la demande des producteurs eux-mêmes. Nous allons aussi assurer que le prochain gouvernement ne reviendra pas couper les privilèges fiscaux récemment accordés pour le transfert d’une ferme à un membre de sa propre famille, comme a menacé de le faire le gouvernement Trudeau. Nous allons nous tenir aux côtés des agriculteurs et ils savent très bien que c’est là qu’ils nous trouveront », a annoncé M. Blanchet.

Yves Perron, porte-parole sortant du parti en matière d’agriculture et d’agroalimentaire, a poursuivi sur les engagements de son chef. « Nous allons redéposer un projet de loi similaire C-216, un projet de loi que l’UPA a soutenu et dont elle a recommandé l’adoption à tous les partis politiques. Nous nous assurerons aussi que tous les producteurs et transformateurs soient adéquatement compensés pour tous les accords de libre-échange récemment conclus à leur détriment », a-t-il déclaré.

Le Bloc Québécois a été très inquiet de voir le gouvernement Trudeau menacer, cet été, de refuser de mettre en vigueur le projet de loi C-208, coparrainé par M. Perron, et qui favorise le transfert intergénérationnel des fermes. « La pression a fait reculer Ottawa à la veille des élections, mais nous serons vigilants pour que le prochain gouvernement ne vienne pas défaire le travail accompli. Il faut qu’il soit au moins aussi avantageux de transférer une ferme à ses enfants que de la vendre à un étranger.  Nous ne laisserons personne faire obstacle à la relève agricole », a poursuivi M. Perron.

Le Bloc propose aussi le rapatriement du programme de travailleurs étrangers temporaires en raison de la mauvaise gestion systématique d’Ottawa. Le parti souhaite également élaborer, de concert avec les producteurs, un programme pour récompenser des pratiques agricoles innovantes et plus vertes, trouver une solution pour que les grands distributeurs respectent un code de conduite, de même qu’améliorer le financement général du portefeuille des programmes agricoles fédéraux. « Les investissements doivent être adaptés à l’évolution des pratiques et du commerce. Les programmes de gestion de risque devraient être développés pour agir en amont et pas seulement quand une catastrophe arrive. Il faut faire un peu plus confiance aux producteurs dans la gestion de leurs entreprises », explique Yves Perron.

« Il est grand temps que le gouvernement fédéral traite les secteurs agricoles et agroalimentaires avec le respect et l’attention qu’ils méritent. Le Bloc sera toujours un allié indéfectible des agriculteurs. Il en va de l’avenir de notre modèle, voire de l’avenir agricole du Québec », de conclure M. Blanchet.