La citoyenneté pour Raif Badawi dès le retour de la Chambre

Sherbrooke, 10 septembre 2021 -La campagne nationale du Bloc Québécois s’est arrêtée ce soir à Sherbrooke en soutien à la candidate locale, Ensaf Haidar, à l’occasion de la 350e vigile en soutien à la libération à son époux, le prisonnier politique Raif Badawi. M. Blanchet a rappelé aux chefs fédéraux leur engagement à faire de Raif Badawi un citoyen canadien et leur demande de promettre d’agir dès la reprise des travaux parlementaires.

« Raif Badawi est emprisonné injustement depuis neuf ans en Arabie saoudite et il doit être libéré. En janvier, la Chambre des communes a appuyé à l’unanimité une motion du Bloc Québécois pour demander au ministre de l’Immigration de faire de Raif Badawi un citoyen, afin que ce prisonnier politique puisse recevoir des services consulaires du Canada en vue de sa libération. L’Assemblée nationale du Québec et le Sénat ont joint leur voix à cette demande. Plus de sept mois plus tard, rien n’a été fait pour aider ce militant pour la liberté d’expression et les droits des femmes. Je demande aujourd’hui à tous les chefs de partis de tenir parole et de s’engager à ce que M. Badawi obtienne sa citoyenneté dès qu’un nouveau gouvernement sera formé », a avisé M. Blanchet.

« Ma famille et moi souhaitons simplement que la Chambre donne suite à son engagement. Je suis persuadée de la bonne foi de tous les élus lorsqu’ils ont exigé qu’Ottawa fasse de mon mari un citoyen. Il est emprisonné depuis trop longtemps, sa santé est en danger et ses enfants ont besoin de lui Il faut que Raif soit enfin une priorité dès la rentrée parlementaire et j’y veillerai », a déclaré Mme Haidar.

Raif Badawi a été condamné à dix ans de prison en Arabie saoudite avec flagellation pour avoir fondé un blogue de discussion, portant notamment sur les droits des femmes dans le royaume. Mme Haidar s’est réfugiée au Canada, dont elle est dorénavant citoyenne, et vit avec ses enfants à Sherbrooke. Le Bloc Québécois milite pour la libération de M. Badawi depuis.

Le 21 janvier dernier, après deux tentatives infructueuses dans la dernière législature, le Bloc Québécois est parvenu à convaincre la Chambre des communes d’appuyer à l’unanimité la motion suivante : « Que cette Chambre demande au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté d’attribuer la citoyenneté à Raif Badawi, selon le pouvoir discrétionnaire que lui confère la Loi sur la citoyenneté, à l’article 5, qui lui permet d’attribuer la citoyenneté à toute personne afin de remédier à une situation particulière et inhabituelle de détresse ».

Le 3 juin dernier, le Sénat adoptait à l’unanimité une motion identique. Le 8 juin, c’est l’Assemblée nationale du Québec qui à l’unanimité, joignait sa voix à cette même demande de faire de M. Badawi un citoyen.

« Malheureusement, l’octroi de la citoyenneté à M. Badawi s’ajoute à la très, très et trop longue liste des choses que Justin Trudeau a promis de faire, mais qu’il a abandonnées pour se lancer dans des élections que personne ne souhaitait. Si la population de Sherbrooke choisit d’accorder sa confiance à Mme Haidar, je peux garantir qu’elle se tiendra debout pour défendre la liberté d’expression, protéger les droits des femmes et talonner le prochain premier ministre pour qu’il tienne parole envers la famille Badawi », a conclu Yves-François Blanchet.