Chantier Davie : corriger la trahison fédérale

Lévis, le 17 septembre 2021 -Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a dévoilé les propositions du parti pour assurer des contrats et des emplois à long terme au Chantier Davie et à l’industrie maritime du Québec, historiquement floués par le gouvernement fédéral en étant privés de milliards de dollars en contrats dans la stratégie canadienne de construction de navires.

« La stratégie navale d’Ottawa est un scandale historique visant à laisser s’échoir l’industrie maritime québécoise le long du fleuve Saint-Laurent au profit des Maritimes et de la Colombie-Britannique. S’il est difficile de défaire le passé, le Bloc Québécois propose un début de réelle correction de cette profonde injustice organisée par les conservateurs et poursuivie par les libéraux, qui a entraîné la perte de plus de 1000 emplois au Chantier Davie, pourtant le plus grand chantier naval au Canada. Nos huit propositions permettraient de commencer à indemniser la Davie et le Québec, en plus d’assurer de la prévisibilité au Chantier ainsi qu’à ses 900 fournisseurs québécois », a déclaré M. Blanchet.

Lancée en 2010, la Stratégie nationale de construction navale du Canada a rapidement écarté la participation du Chantier Davie de Lévis pour distribuer des contrats de construction, de conversion et d’entretien de navires entre deux de ses rivaux : Irving, en Nouvelle-Écosse, et Seaspan, en Colombie-Britannique. En écartant Davie, qui possède 50 % de la capacité de fabrication du Canada entier, la Stratégie a cumulé les retards et les dépassements de coûts pour des contrats dont la valeur totale dépassera les 100 G$. Si les libéraux ont bel et bien offert quelques contrats compensatoires mineurs au Chantier, la prévisibilité demeure absente et la Davie n’a toujours pas été officiellement nommée troisième partenaire de la Stratégie fédérale, au même titre que ses rivaux.

Afin d’assurer l’avenir de notre industrie, des emplois et du Chantier Davie, le Bloc propose de :

  1. Confier huit contrats de brise-glaces à la Davie dans le cadre d’une véritable stratégie de remplacement de ces navires, essentiels notamment à la Voie maritime du Saint-Laurent;
  2. Confier à Davie des mandats d’entretien des navires;
  3. Octroyer au Chantier la conversion d’un deuxième pétrolier-ravitailleur, après le succès de l’Astérix, seul navire livré à temps et sans dépassement de coûts de toute la stratégie fédérale;
  4. Ordonner la construction du troisième traversier déjà nécessaire;
  5. Mandater Davie pour la moitié des 12 contrats de navires de combat de surface restant à être attribués;
  6. Une révision de la fiscalité de l’industrie maritime;
  7. Favoriser le cabotage;
  8. Resserrer la règlementation de l’industrie maritime afin d’améliorer ses pratiques fiscales et environnementales.

« Le Québec est maritime. Le fleuve est au cœur de sa fondation, de notre histoire nationale en Amérique et de notre économie, encore à ce jour. Le Bloc Québécois s’assurera que le fédéral cesse de nuire à notre industrie maritime et, au contraire, participe activement à son essor, profitable pour toutes les régions du Québec », a conclu M. Blanchet.

FICHE TECHNIQUE : INDUSTRIE MARITIME