Génocide des Ouïghours : Le Bloc Québécois s’active pour le report des Jeux de Pékin

Ottawa, 10 novembre 2021 — Alexis Brunelle Duceppe, porte-parole en matière de Droits de la personne pour le Bloc Québécois, plaidera pour le report des Jeux olympiques de Pékin de 2022, dans le cadre de la septième assemblée générale du Congrès mondial des Ouïghours, qui se tiendra à Prague, du 12 au 14 novembre prochain.

M. Duceppe se rendra à Prague ce jeudi, où il tentera de faire adopter une résolution demandant au CIO de reporter les Jeux de 2022 et d’éventuellement les déplacer, afin de s’assurer que la Chine respecte les droits fondamentaux de ses citoyens. Depuis plusieurs années, les preuves d’un génocide contre les minorités musulmanes du Turkestan oriental s’accumulent contre la Chine. Alexis Brunelle-Duceppe avait mené une offensive politique et médiatique en février dernier, exhortant le CIO à déplacer les Jeux de Pékin pour éviter la tenue de ce qu’il qualifiait de « Jeux de la honte ». Il avait fait valoir cette position avec succès lorsque la Chambre des communes a reconnu le génocide.

Le porte-parole en matière de Droits de la personne pour le Bloc Québécois adapte cette fois sa stratégie: il espère le report de l’évènement pour qu’une mission d’observation indépendante juge de l’existence du génocide au Turkestan oriental. En cas de refus de la Chine ou si la communauté internationale en vient au constat que des atrocités ont effectivement été perpétrées, elle n’aura d’autre choix que d’exiger le déplacement des Jeux.

« Cette démarche-là, je la mène pour que justice soit faite pour les Ouïghours et pour que les crimes de la Chine ne soient pas ignoblement récompensés par le prestige d’accueillir les meilleurs athlètes de la planète dans leur capitale. Les jeux de Tokyo 2020 ont été reportés en raison d’une pandémie; il ne fait aucun doute pour moi que la même logique doit s’appliquer dans le cas d’un génocide. Si la Chine refuse d’être transparente ou si la communauté internationale conclut au génocide, on ne pourra, en toute conscience, cautionner la tenue des Jeux à Pékin », affirme le député bloquiste.

Il compte convaincre les Ouïghours, mais aussi les parlementaires internationaux présents à Prague, des mérites de cette approche. « Nous sommes conviés là-bas pour parler de nos actions dans le dossier du génocide et de la manière dont nos pays respectifs appuient les Ouïghours. Je pense que l’action ayant le plus d’impact à court terme, c’est de porter atteinte à ce régime génocidaire directement dans son orgueil et de le confronter à ses gestes ».

En plus de faire partie d’un panel de six politiciens qui s’exprimeront ce vendredi sur l’autoritarisme de la Chine, l’élu québécois côtoiera de nombreux parlementaires et experts provenant entre autres de Belgique, d’Allemagne, de Tchéquie, du Royaume-Uni, des États-Unis, de Turquie, de Slovaquie et de France.

Rappelons que le Nord-Ouest de la Chine compte plus de 12 millions de Ouïghours et autres minorités turciques de confession musulmane. On estime à près de deux millions les incarcérations arbitraires. Plusieurs fuites d’informations laissent présager que les prisonniers sont forcés au travail et que la stérilisation des femmes est imposée par le régime communiste.