Report des Jeux olympiques de Pékin : Le Congrès mondial des Ouïghours adopte à l’unanimité la résolution du député Alexis Brunelle-Duceppe

Ottawa, le 15 novembre 2021 – La résolution écrite par le porte-parole du Bloc Québécois pour les droits de la personne, Alexis Brunelle-Duceppe, demandant le report puis le déplacement des Jeux olympiques de Pékin, a été adoptée par le Congrès mondial des Ouïghours.

Plus de 200 représentants réunis à Prague ce dimanche, ont voté unanimement en faveur du texte. La résolution demande le report des Jeux le temps qu’une mission d’observation indépendante juge de l’existence du génocide au Turkestan oriental. En cas de refus de la Chine ou du constat que des atrocités sont perpétrées, le déplacement des Jeux serait exigé.

Il s’agit d’une victoire pour la cause ouïghoure, puisque des parlementaires du monde entier retournent maintenant dans leur pays avec un mandat clair de la part des Ouïghours. La résolution demandait en effet qu’ils déposent un texte semblable dans leur propre parlement.

« J’ai été honoré de pouvoir plaider en faveur de cette stratégie devant des centaines de membres de la diaspora ouïghoure. Je n’étais pas là pour leur dire quoi faire ou ne pas faire; j’étais là pour souligner que les parlementaires présents à Prague ce week-end pouvaient utiliser leur pouvoir pour faire progresser cette cause. L’approche que je préconise a été bien accueillie, et la prochaine étape est le dépôt par le Bloc Québécois à la Chambre des communes d’une motion qui reprendra essentiellement ce qui a été voté ce dimanche », a assuré le député de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe.

Le député bloquiste a d’ailleurs eu l’occasion d’échanger avec bon nombre d’élus et d’officiels provenant entre autres de la France, de l’Allemagne, de la Belgique, de la Tchéquie, de la Hongrie, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Tout au long de la fin de semaine, le député québécois a eu à ses côtés Nury Turkel, avocat américain et vice-président la Commission américaine sur la liberté de culte internationale (USCIRF).

« La résolution d’Alexis pave la voie pour les parlementaires du monde entier : elle les invite à utiliser leur voix pour demander au comité international olympique de reporter les Jeux. Si le régime refuse d’être transparent et de respecter les droits de la personne, ou si la communauté internationale est témoin du génocide, la voie à suivre n’est pas de se rendre aveuglément en Chine, mais plutôt de déplacer les Jeux ailleurs », a affirmé monsieur Turkel.

Rappelons que les preuves s’accumulent depuis plusieurs années au Turkestan oriental et pointe vers l’orchestration par la Chine d’un génocide contre les minorités musulmanes. Alexis Brunelle-Duceppe avait mené une offensive politique et médiatique en février dernier en exhortant le CIO à déplacer les Jeux de Pékin pour éviter la tenue de ce qu’il qualifiait de « Jeux de la honte ». Lors de la reconnaissance du génocide par la Chambre des communes, il avait fait valoir cette position avec succès.