Face à la montée de la criminalité liée au trafic d’armes illégales : Le Bloc Québécois propose une offensive  pour contrer le trafic des armes illégales

Ottawa, le 29 novembre 2021 – Devant la montée au Québec, et particulièrement dans la couronne montréalaise, d’actes criminels impliquant des armes à feu illégales, le Bloc Québécois propose des mesures immédiates pour endiguer ce phénomène qui atteint à la quiétude et à la sécurité des citoyens. Dévoilée par Kristina Michaud, porte-parole en matière de Sécurité publique, et Rhéal Fortin, porte-parole en matière de Justice, cette offensive implique notamment que le fédéral resserre drastiquement les mesures de contrôle des armes aux frontières, et propose la création d’une escouade mixte d’intervention policière réunissant les forces du Québec, des provinces, des Premières Nations et de l’État de New-York. Le Bloc préconise aussi une législation plus musclée envers les délinquants responsables de possession ou d’usage d’armes illégales.

Pour le Bloc Québécois, il est manifeste qu’il faut couper court sans tarder à la multiplication des actes de violence par armes à feu et qu’au premier chef, il faut briser la chaîne de contrebande des armes de poing illégales qui franchissent trop aisément la frontière.

« Les armes qui servent dans les tragédies qui affligent Montréal en ce moment sont pour la plupart illégales et pourtant, elles sont entre les mains des organisations criminelles. Le fédéral doit s’impliquer et mettre immédiatement en place les mesures aux frontières pour contrer ce trafic. Il faut affecter davantage de ressources à l’Agence des services frontaliers et à la GRC pour rehausser la surveillance des frontières et dépister le trafic d’armes », a soutenu la porte-parole bloquiste en matière de Sécurité publique.

Quelque 90% des armes utilisées par les groupes criminels qui seraient illégales, la majorité provenant de la frontière américaine. « Les points de transit des armes illégales chevauchent plusieurs territoires frontaliers et une action concertée entre les forces policières concernées sera assurément plus efficace. Nous proposons donc la création à court terme d’une escouade mixte d’intervention dédiée à la lutte au trafic d’armes, impliquant des corps policiers québécois, provinciaux, autochtones et américains », a fait valoir Kristina Michaud.

Outre ces mesures pour resserrer à court terme le contrôle des armes à feu, le Bloc Québécois entend également déposer incessamment un projet de loi pour s’attaquer aux organisations criminelles qui gravitent dans le trafic des armes illégales et qui en font usage.

« Le Bloc Québécois s’apprête incessamment à déposer un projet de loi permettant d’établir une liste des organisations criminelles organisées et rendant plus sévères les peines visant la possession et l’usage d’armes à feu par les membres de ces organisations », a indiqué Rhéal Fortin, porte-parole du parti en matière de Justice. « La hausse de crimes par armes de poing que l’on constate actuellement au Québec et à Montréal, et qui implique dans une très forte proportion l’usage d’armes illégales, est préoccupante et nécessite une offensive sur plusieurs fronts. Ottawa doit faire sa part ! », a-t-il conclu.