Rejet d’une motion du Bloc Québécois: Les libéraux refusent une fois de plus d’agir face au génocide des Ouïghours

Ottawa, 30 novembre 2021 — Le Parti libéral s’est aujourd’hui opposé à une motion du porte‑parole du Bloc Québécois en matière de Droits de la personne, Alexis Brunelle-Duceppe, demandant au Comité international olympique de repousser les Jeux olympiques de Pékin, prévus en février, afin qu’ait lieu une mission d’observation indépendante dans la région du Xinjiang, là où se perpétue un génocide contre la minorité ouïghoure. La motion précise également qu’en cas de refus par la Chine d’autoriser l’accès aux enquêteurs internationaux ou dans l’éventualité où ceux-ci concluraient à un génocide, les Jeux soient relocalisés.

Tous les autres élus présents, soit l’ensemble des députés bloquistes, du Parti conservateur, du NPD et du Parti vert, ont appuyé l’initiative du député de Lac-Saint-Jean.

« Pendant des années, le gouvernement a été très frileux à l’égard de la Chine en raison, a‑t‑il admis, du contexte tendu créé par la détention arbitraire des Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig qui ont été libérés il y a deux mois déjà. Aujourd’hui, le gouvernement fédéral avait l’occasion d’envoyer un message, mais il poursuivra manifestement dans la voie de la mollesse face à un régime autoritaire qui enchaîne les attaques contre son propre peuple », a déploré Alexis Brunelle-Duceppe.

Le résultat d’aujourd’hui, sur la motion présentée par le Bloc, n’est pas sans rappeler celui de février dernier, alors que la Chambre des communes reconnaissait unanimement – mais sans vote du premier ministre et de son cabinet – l’existence d’un génocide contre les Ouïghours. Plusieurs autres pays avaient alors fait écho aux Communes, les parlements britannique, néerlandais et lituanien, entre autres, en ayant également reconnu le génocide de la Chine.

« Le gouvernement de Justin Trudeau se révèle une fois de plus incapable de se tenir debout quand vient le temps de défendre les victimes de violations des droits de la personne. C’est encore plus vrai dans le cas de la Chine. Alors que tous s’entendent pour dire que ces Jeux serviront de fenêtre au Parti communiste chinois pour faire valoir sa propagande, le gouvernement Trudeau affiche un manque flagrant de leadership », a renchéri le député Stéphane Bergeron, porte-parole du parti en matière d’Affaires étrangères.

« C’est franchement déprimant. Tandis que les rumeurs se font de plus en plus persistantes à l’effet que des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie envisagent un boycott diplomatique des Jeux de Pékin, le gouvernement Trudeau ressemble aux trois petits singes qui se cachent les yeux, les oreilles et se couvrent la bouche pour ne pas voir le mal que tous les autres, eux, voient. Il reste à espérer que le gouvernement suivra l’exemple de ses alliés si ceux-ci décidaient d’aller de l’avant avec un boycott diplomatique », a conclu M. Brunelle‑Duceppe.