Accueil des réfugiés lors de crises humanitaires : Le Bloc Québécois réclame la création d’un mode urgence à IRCC

Ottawa, le 6 juin 2022 – Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean et porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté, propose de créer un volet d’urgence à Immigration Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), afin d’améliorer la capacité de réponse du ministère face aux conflits et crises humanitaires qui provoquent des déplacements de population.

Le « volet d’urgence », tel que proposé par la formation indépendantiste, serait constitué de six mesures préétablies permettant de faciliter le traitement des réfugiés à destination du Québec et du Canada en cas de conflit ou de crises humanitaires.

« Les crises syrienne, afghane, ukrainienne et bien d’autres, ont malheureusement mis en lumière le manque de flexibilité et la difficulté d’adaptation du gouvernement canadien. Pour pallier à ces lacunes dans la réponse gouvernementale et devenir proactif dans la gestion de multiples crises, je propose de généraliser des mesures qui ont été utilisées dans les crises récentes et qui seraient au besoin, à la disposition immédiate du ministre. En ce moment, on construit l’avion en plein vol à chaque fois ; ce n’est ni efficace ni digne d’un pays du G7 », constate le député Alexis Brunelle-Duceppe.

Selon l’élu bloquiste, en disposant à l’avance des pouvoirs ainsi consentis et en fonction de la situation, le ministre d’IRCC pourrait rapidement activer les mesures suivantes :

  • L’ouverture de bureaux de visas durgence ; 
  • La levée partielle des exigences biométriques ;
  • Un visa spécial d’urgence ;
  • Un programme de parrainage élargi ;
  • L’établissement de passerelles aériennes ;
  • Une force de réserve dagents d’immigration.

« Il ne s’agirait que d’effectuer des changements administratifs », signale le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’immigration, qui se félicite par ailleurs de la proposition de force de réserve, une idée innovante qui fait appel au sens du service public des fonctionnaires.

« Il y a des gens à l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), qui ne demandent qu’à aider ! Cette force de réserve serait constituée sur une base volontaire et dans le respect des conventions collectives; il s’agirait d’un groupe d’individus que le ministre pourrait appeler en renfort de son ministère. Je pense que c’est une proposition qui enthousiasmerait bien du monde et qui permettrait de réduire les délais qui affligent structurellement IRCC lors des crises humanitaires », conclut le député Brunelle-Duceppe.

FICHE TECHNIQUE VOLET D’URGENCE IRCC