Début des négociations entre le chantier Davie et Ottawa : La fin d’une vieille trahison du fédéral

Québec, le 8 juin 2022 – La porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Approvisionnement, Julie Vignola, se réjouit de l’annonce du gouvernement fédéral d’entamer des négociations avec le chantier maritime Davie afin de l’intégrer à la Stratégie nationale de construction navale du Canada, laquelle concrétise la correction d’une « vieille trahison du gouvernement fédéral ».

« C’est un autre pas en avant qui est fait et c’est un début de bonne nouvelle, mais la coupe n’est pas encore à nos lèvres. Le Bloc veillera à ce que l’entente-cadre soit conclue le plus rapidement possible, afin que la Davie puisse se mettre au travail et contribuer à l’essor de notre industrie maritime, ce qui profitera à l’ensemble des régions du Québec », a commenté la députée Julie Vignola.

Le chantier Davie, qui possède 50 % de la capacité de construction navale de tout le Canada, demeurait jusqu’ici écarté de la Stratégie nationale de construction navale canadienne. Le gouvernement fédéral lui préférait plutôt les chantiers navals Irving, en Nouvelle-Écosse, et Seaspan, en Colombie-Britannique.

« Les libéraux viennent finalement corriger une trahison de longue date du gouvernement fédéral qui aura coûté cher au Trésor public : la Stratégie a cumulé les retards et les dépassements de coûts pour des contrats dont la valeur totale dépassera les 100 G$. Le gouvernement commence finalement à négocier avec la Davie, trois ans après l’avoir préqualifiée! Trois ans à poser des questions en Chambre, et à interpeller les ministres et le gouvernement en Comité parlementaire. Faut-il rappeler que pendant que le Québec et la Davie attendaient, 77 milliards de dollars ont été octroyés à Irving et 22 milliards de dollars à Seaspan », a rappelé la porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Approvisionnement.

Le Bloc Québécois demeure prudent et rappelle que si les chantiers de Irving et Seaspan ont pu parvenir à une entente en seulement 11 mois, la Davie attend toujours, trois ans plus tard.

« C’est une bonne nouvelle de voir les échéanciers se rapprocher, mais il ne sera possible de se réjouir entièrement que lorsque l’ensemble des étapes de qualification seront terminées et que le travail sur le chantier débutera. Ce sera alors une réjouissance pleine et entière non seulement pour la Davie, mais également pour ses fournisseurs et pour l’ensemble de la population du Québec », a conclu Julie Vignola.