Protection du modèle agricole québécois : Le Bloc Québécois de nouveau au front pour la gestion de l’offre

Ottawa, le 16 novembre 2022 – Le député de Montcalm, Luc Thériault, le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Agriculture, Agroalimentaire et Gestion de l’offre, Yves Perron, et le porte-parole en matière de Commerce international, Simon-Pierre Savard-Tremblay, invitent à nouveau les élus du parlement à appuyer le projet de loi bloquiste visant à protéger la gestion de l’offre, qui amorce aujourd’hui l’étape de la seconde lecture.

Parrainé par le député de Montcalm, Luc Thériault, le projet de loi C-282 veut interdire toute concession au système de gestion de l’offre lors de futures négociations d’accords commerciaux. « Au Québec, la gestion de l’offre est à la base de notre modèle agricole et nos producteurs souhaitent conserver ce système qui favorise l’agriculture à échelle humaine, souligne Yves Perron. Il s’agit d’un outil stratégique essentiel pour la préservation de notre autonomie alimentaire et de notre développement régional, que le gouvernement s’est engagé à maintes reprises à protéger », précise le député Perron.

Des concessions venant affaiblir le système de la gestion de l’offre ont en effet été accordées au cours des dernières années, tant sous des gouvernements conservateurs que libéraux.
« Dans les cas du Partenariat transpacifique, de l’Accord économique et commercial global avec l’Europe, ou de l’Accord Canada–États-Unis-Mexique, la gestion de l’offre a été mise à mal à la suite de négociations opaques, explique Simon-Pierre Savard-Tremblay. Au fil des ans, ces « petites brèches » ont formé un cratère dans un système qui fonctionne toujours, mais qui ne saurait être davantage attaqué », résume-t-il.

Ce nouveau projet de loi est nécessaire suite au déclenchement des dernières élections, qui a occasionné la mort au feuilleton du dernier projet de loi déposé par le Bloc. « Cette version est identique à la précédente qui avait obtenu l’appui de la Chambre en seconde lecture et celui du Comité permanent du commerce international, rappelle Luc Thériault. Je signale également que nous avons soumis, depuis 2005, six motions demandant au gouvernement de défendre intégralement le système de gestion de l’offre, toutes adoptées à l’unanimité. J’invite donc la Chambre à être conséquente, et à passer de la parole aux actes », signale le député bloquiste.

« À l’approche, notamment, des négociations d’un accord commercial avec le Royaume-Uni, qui convoite une part de notre marché du fromage, nous devons urgemment inscrire cette protection dans une loi contraignante, ajoute M. Savard-Tremblay. Nous ne pouvons plus nous fier aux promesses d’Ottawa, qui ne sont pas respectées. Le démantèlement de notre modèle agricole doit cesser. Il en va de l’avenir de nos économies rurales », avise-t-il.

Alors que débutent enfin les débats en Chambre afin de concrétiser cette volonté unanime des agricultrices et agriculteurs, les élus du Bloc Québécois veilleront au grain jusqu’à ce que la protection intégrale de la gestion de l’offre ait enfin force de loi.