À propos

du Bloc Québécois

Le Bloc Québécois est un parti politique indépendantiste, implanté exclusivement au Québec. Sa présence à la Chambre des communes permet d’assurer la légitimité et la concordance entre la vision d’un peuple et celle de ses représentantes et représentants élus sur la scène fédérale.

Le Bloc Québécois affirme l’existence de la nation québécoise, exige sa reconnaissance et défend les intérêts de ses citoyens et de ses citoyennes ainsi que leur droit de choisir librement leur avenir.

L’histoire du Bloc Québécois débute au printemps de 1990, lorsque le gouvernement fédéral échoue dans sa tentative de trouver une formule qui satisfasse les demandes minimales posées par le Québec pour réintégrer la Constitution canadienne.

Le 22 mai 1990, à la suite du dépôt du rapport Charest et devant l’imminence de l’échec de l’accord constitutionnel du lac Meech, Lucien Bouchard, alors ministre fédéral de l’Environnement dans le gouvernement de Brian Mulroney, démissionne de son poste.

Avec cinq autres députés siégeant à la Chambre des communes, Lucien Bouchard formera dans les semaines suivantes un groupe parlementaire distinct qui prône la souveraineté du Québec : le Bloc Québécois.

Le Bloc Québécois deviendra officiellement un parti politique lors de son congrès de fondation, le 15 juin 1991. Sept chefs se sont succédé à la tête de la formation souverainiste :

  • Lucien Bouchard (1990-1996)
  • Michel Gauthier (1996-1997)
  • Gilles Duceppe (1997-2011)
  • Daniel Paillé (2011-2013)
  • Mario Beaulieu (2014-2015)
  • Martine Ouellet (2017-2018)
  • Yves-François Blanchet (2019-)

Les moments clés

du Bloc Québécois

1990

Création du parti

Le 22 mai 1990, à la suite du dépôt du rapport Charest et devant l’imminence de l’échec de l’accord constitutionnel du lac Meech, Lucien Bouchard, alors ministre fédéral de l’Environnement dans le gouvernement conservateur de Brian Mulroney, démissionne de son poste. Il décide de former une coalition informelle dans le but de promouvoir la souveraineté du Québec à l’échelle fédérale avec des députés libéraux et conservateurs, dont Jean Lapierre et Louis Plamondon qui est toujours député du Bloc aujourd’hui. Le Bloc Québécois devient un parti officiel lors de son congrès de fondation le 15 juin 1991.

1993

Opposition officielle

Lors de ses premières élections générales, en 1993, le Bloc Québécois remporte plus du deux tiers des sièges au Québec. Avec ses 54 députés, le Bloc forme l’opposition officielle à la Chambre des communes. L’élection d’un si grand nombre de bloquistes constituait le premier des trois points d’un plan menant à l’indépendance du Québec, mis sur pied par Jacques Parizeau qui deviendra premier ministre du Québec en 1994.

1997

Changement de garde

Le 15 janvier 1996, Lucien Bouchard démissionne de ses fonctions à Ottawa. Le 29 janvier, il remplace Jacques Parizeau comme chef du Parti Québécois et Premier ministre du Québec. Michel Gauthier, alors leader parlementaire, devient chef du parti en février 1996. Gilles Duceppe, premier candidat bloquiste à se faire élire lors de l’élection partielle du 13 août 1990, lui succède en mars 1997. Ce sera la plus longue chefferie du parti qui se termine en 2011. Il demeure à ce jour une figure emblématique du parti.

2004

Un parti propre au Québec

Le Bloc Québécois met en lumière le programme de commandites, un détournement de fonds publics de près de 330 millions $ orchestré par le parti libéral, alors dirigé par Jean Chrétien, dans le but de faire illégalement la promotion de l’unité canadienne en vue du référendum de 1995. Ceci mènera à la Commission Gomery, chargée d’enquêter sur ce scandale. Le Bloc répliquera avec un des meilleurs slogans de son histoire : Un parti propre au Québec.

2011

Survivre à la vague orange

Le NPD crée la surprise en faisant élire une majorité de députés au Québec le 2 mai 2011. Le Bloc ne se retrouve qu’avec trois députés, et son chef, Gilles Duceppe, démissionne. Vivian Barbot prendra l’intérim avant que Daniel Paillé ne l’emporte à la chefferie en décembre 2011. 

2014

Place à le relève

Le chef Daniel Paillé devant quitter son poste pour des raisons de santé, Mario Beaulieu prendra le relai en juin 2014, avant de céder sa place à Gilles Duceppe pour l’élection d’octobre 2015. Le Bloc emporte 10 sièges. Gilles Duceppe décide de laisser la place à la relève.

2017

Première femme à la tête du parti

Martine Ouellet devient, en mars 2017, la première femme à la tête du Bloc Québécois. Elle s’engage aussitôt à protéger les ressources naturelles du Québec, critiquant entre autres le projet de l’oléoduc Énergie Est, tout en faisant de l’indépendance du Québec sa priorité. À la suite d’un vote de confiance auprès des membres, Martine Ouellet quitte son poste en juin 2018.

2019

Le Québec, c’est nous.

En janvier 2019, Yves-François Blanchet prend la tête du Bloc Québécois. Dès les premières élections sous sa gouverne, en octobre 2019, le Bloc Québécois fait élire 32 députés, sa plus grande députation depuis 2008. Le parti redevient une force en présence à la Chambre des communes en étant le seul parti à défendre et promouvoir les valeurs et les intérêts du Québec.