Motion sur le conflit israélo-palestinien: L’appel à la paix du Bloc Québécois rejeté en Chambre

Ottawa, le 13 mai 2021– Stéphane Bergeron, porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Affaires étrangères, s’est désolé que la Chambre n’ait pas appuyé une motion qu’il a déposée aujourd’hui demandant au gouvernement fédéral d’intercéder auprès des dirigeants palestiniens et israéliens afin de les inciter à reprendre les négociations visant à instaurer une paix durable entre les deux peuples.

« Le Bloc Québécois est d’avis que le gouvernement canadien se doit d’adopter une position claire et sans équivoque pour dénoncer la violence de ce conflit qui fait de nombreuses victimes parmi la population civile, dont des enfants. Cette situation est inacceptable et nécessite un cessez-le-feu immédiat. Nous maintenons qu’Ottawa doit intercéder auprès des dirigeants palestiniens et israéliens afin de les inciter à reprendre les négociations et désamorcer ce conflit qui pourrait rapidement prendre des proportions similaires aux affrontements de l’été 2014, où quelque 1800 civils ont péri », a avisé Stéphane Bergeron.

Rappelons que les hostilités ont repris avec intensité alors que les raids aériens se multiplient sur la bande de Gaza et que les tirs de roquettes du Hamas pleuvent sur la population israélienne. Ces violences, qui ont déjà fait au moins 90 morts, ont été condamnées partout dans le monde.

Le texte de la motion du Bloc Québécois s’énonçait comme suit :

« Que cette Chambre :
a.  Dénonce la résurgence des violences entre la Palestine et Israël ayant
donné lieu au décès d’au moins sept Israéliens et de plus de 83 Palestiniens;
b.  Appelle les différentes parties à un cessez-le-feu immédiat;
c.  Réitère son appui à une solution à deux États;
d.  Exhorte Israël à cesser la colonisation et l’annexion de territoires palestiniens;
e.  Demande à l’Autorité palestinienne de dénoncer les tirs de roquettes
par le Hamas contre les populations civiles israéliennes;
f.  Exhorte les dirigeants palestiniens et israéliens à un retour rapide
à la table de négociations afin d’en arriver à une paix durable entre les deux peuples. »

« Contre toute attente, des députés d’autres partis se sont opposés à cette motion. Mais peu importe les jeux partisans, la flambée de violences en Israël et en Palestine doit cesser. Nous continuons d’appeler à une solution pacifique et durable du conflit et croyons que la Chambre des communes devrait le faire d’une seule voix », a conclu M. Bergeron.