Le pays

Pour que le Québec se gouverne lui-même, selon ses priorités et ses valeurs

Les Québécoises et les Québécois forment un peuple distinct, une nation avec une identité qui lui est propre. Ce qui fait de nous une nation unique repose sur notre culture, notre langue, notre histoire, notre patrimoine collectif, la structure de notre économie, notre système social, notre volonté de vivre ensemble et de durer dans l’histoire.

Nous voulons faire du Québec un pays parce que pour une nation, se gouverner elle-même, pour elle-même et selon ses propres fins, ses propres valeurs, sa propre culture et ses propres lois, tant à l’interne qu’à l’externe, est essentiel pour atteindre son plein épanouissement.

C’est en gérant nous-mêmes nos impôts, notre politique internationale et nos lois que nous pourrons atteindre notre plein développement autant politique, économique, environnemental que culturel.

Pour un Québec plus riche

Les Québécoises et Québécois sont riches !

Sur son immense territoire, le Québec a accès à une quantité phénoménale de ressources naturelles renouvelables : forêts, eau, terres agricoles, etc. C’est au Québec de décider comment développer et redistribuer cette richesse. C’est un actif réel.

Avec son fleuve, le Québec détient un avantage géographique stratégique sans pareil en Amérique du Nord.

Le Québec est la 21e économie mondiale la plus importante par habitant, ce qui le place devant des pays comme la Nouvelle-Zélande, l’Italie ou l’Espagne.

Le Québec possède un réseau électrique solide et renouvelable qui sera, contrairement au pétrole bitumineux de l’Alberta, un atout pour l’avenir. Le Québec a tout ce qu’il faut pour devenir un chef de file mondial en matière d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et de développement durable. C’est là que se trouve notre avenir économique.

Le Québec possède des outils de développement puissants tels que la Caisse de dépôt et placement, le Mouvement Desjardins, Hydro-Québec, de grandes entreprises, des PME, deux Fonds de solidarité des travailleuses et des travailleurs, des coopératives et des entreprises d’économie sociale.

Sans compter le potentiel de création et d’innovation qui fait de l’économie du savoir une des plus importantes ressources du Québec !

Pour établir des politiques économiques en fonction de nos intérêts

Au lieu de dépenser tous ses impôts en fonction de ses seuls intérêts, comme le ferait un Québec indépendant, le Québec actuel en envoie la moitié à Ottawa qui les dépense souvent dans des programmes dont les Québécoises et Québécois ne profitent pas.

Alors que le Québec a financé seul tout son réseau hydroélectrique, le fédéral utilise présentement notre argent pour subventionner l’hydroélectricité de Terre-Neuve qui viendra concurrencer la nôtre sur les marchés américains.

Lors de la crise économique de 2008, le fédéral a investi 14 milliards de dollars pour soutenir l’industrie automobile de l’Ontario, alors que l’industrie forestière québécoise n’a reçu que 70 millions de dollars. Presque rien pour notre monde, quoi !

Alors que le Québec produit une énergie hydroélectrique propre, le modèle de développement économique du Canada anglais repose sur la production de pétrole sale tiré des sables bitumineux de l’Alberta. Le Québec n’a aucun intérêt, ni financier, ni environnemental, à laisser passer sur son territoire les pipelines, les bateaux et les trains pleins de pétrole albertain. Nous avons tous en mémoire le drame qui s’est produit à Lac-Mégantic…

Ces quelques chiffres montrent que le Québec ne vit pas aux crochets du fédéral. Par exemple, quand on compare les montants des transferts de péréquation par habitant, le Québec est même dernier parmi les provinces bénéficiaires.

En devenant une nation indépendante, le Québec dépensera l’argent selon ses intérêts.

Pour un Québec ouvert sur le monde

Des échanges commerciaux du Québec, 53,7 % sont effectués avec les Américains (Institut de la statistique du Québec, 2020).

Le Québec fait partie du grand marché nord-américain en raison du traité de libre-échange (ALENA). Il pourrait donc choisir librement tous ses partenaires commerciaux.

L’indépendance ouvrira les frontières là où les décisions importantes se prennent, en permettant au Québec de participer activement aux grands forums internationaux, de siéger à l’ONU et à Kyoto, et de jouer un rôle de premier plan dans la Francophonie.

Le Canada parle en ce moment au nom du Québec dans tous les dossiers internationaux : relations avec des régimes répressifs, changements climatiques, aide internationale, etc.

Un Québec indépendant pourra faire valoir ses idées et ses valeurs à l’international. Un Québec indépendant disposera de tous les leviers pour appuyer pleinement ses entrepreneurs, ses artistes et ses athlètes afin de rayonner encore davantage dans le monde. À quand des équipes du Québec dans les compétitions sportives internationales ?

Pour des finances publiques saines

Le Bloc croit que la question de la dette publique est importante. Il est impensable de ne pas s’en préoccuper.

La situation est cependant loin d’être aussi catastrophique que certains le laissent entendre.

En effet, en 2017, la dette nette ajustée des administrations publiques représentait 53 % du PIB du Québec, mieux que le Japon (151,1 %), l’Italie (119%), la France (87,5 %), les États-Unis (80,7 %) et le Royaume-Uni (77,5 %), tous des pays du G7.

À partir d’une analyse rigoureuse des Comptes publics du Canada et du Québec, de Statistique Canada, de l’Institut de la statistique du Québec et d’un nombre considérable d’autres sources gouvernementales, le chercheur Maxime Duchesne conclue que si le Québec assumait tous les services fédéraux (assurance-emploi, pension de vieillesse, relations internationales, défense, dette fédérale, etc.) en abolissant les dédoublements administratifs, l’indépendance permettrait d’épargner des sommes colossales, soit plus de 4 G$ annuellement. Selon toutes les données compilées, la viabilité économique d’un pays du Québec au 21e siècle ne fait absolument aucun doute.

Pour une qualité de vie unique

Avec une économie diversifiée et tournée vers l’avenir, le Québec a tout ce qu’il faut pour réussir dans l’économie de demain. Le Québec est un pôle mondial en intelligence artificielle, en énergies propres, en aérospatial, en biotechs, en jeux vidéo et plusieurs autres domaines prometteurs. L’économie québécoise est solide et chaque rapport du Directeur parlementaire du budget sur la viabilité financière des provinces confirme que le Québec est la seule province à être systématiquement jugée viable sur le long terme.

Le Québec a des politiques fiscales distinctes. Ces choix fiscaux font en sorte que nous sommes beaucoup plus avantagés qu’ailleurs en Amérique du Nord au niveau des services et de la qualité de vie, et ce, en fonction des impôts que nous payons.

Par exemple, une famille avec deux enfants et dont les parents gagnent le salaire moyen aura la charge fiscale la plus faible des pays du G7. Avec ses nombreuses mesures pour aider les parents et les enfants, le Québec est un véritable paradis pour les familles (U Sherbrooke, 2020 : https://cffp.recherche.usherbrooke.ca/outils-ressources/bilan-de-la-fiscalite-edition-2020/ ).

Le Québec est une terre de solidarité et s’est doté de programmes publics généreux (Centres de la Petite Enfance, accès à l’éducation supérieure, système de santé public, etc.) qui assurent une égalité des chances.

Avec une économie diversifiée et tournée vers l’avenir, le Québec a tout ce qu’il faut pour réussir dans l’économie de demain. Le Québec est un pôle mondial en intelligence artificielle, en énergies propres, en aérospatiale, en biotechnologie, en jeux vidéo et plusieurs autres domaines prometteurs. L’économie québécoise est solide et chaque rapport du Directeur parlementaire du budget sur la viabilité financière des provinces confirme que le Québec est la seule province qui présente des politiques budgétaires « viables à long terme ».

C’est au Québec de décider de son modèle de redistribution de la richesse.

C’est une question de choix, de liberté collective.

Pour accueillir et inclure pleinement les nouveaux arrivants

Le Québec est un État francophone démocratique, pluraliste et laïque, et possède une riche histoire de solidarité avec plusieurs peuples.

Alors que l’idée du multiculturalisme connaît des ratés au Canada et ailleurs dans le monde, l’approche du Québec en matière d’intégration est différente. Contrairement au modèle canadien, le modèle interculturel québécois est axé sur la solidarité.

L’accès à la langue et à la culture commune du Québec permet aux nouveaux arrivants de participer et d’enrichir la société québécoise. C’est dans cet esprit inclusif que la Charte de la langue française a permis que les enfants de toutes origines fréquentent les mêmes écoles. Sans loi 101, il n’y aurait pas eu ces « enfants de la loi 101 » qui symbolisent l’intégration au Québec.

La loi 101 n’a pas été conçue contre le bilinguisme individuel, mais contre le bilinguisme institutionnel. Les Québécoises et Québécois constituent un des peuples les plus bilingues (44,5%)et le sont nettement plus que les Canadiens (9,8%). Et ils sont également de plus en plus trilingues!

Pour établir des politiques qui reflètent les valeurs du Québec

Nous partageons beaucoup de valeurs avec les Canadiens, tout comme avec les Américains.

Mais le Québec doit constamment lutter pour préserver sa culture, sa langue, ses valeurs, son identité et son caractère distinct. Depuis 1977, la Cour suprême du Canada a largement affaibli la loi 101 en vertu d’une constitution que le Québec n’a jamais signée !

Pour les Québécoises et Québécois, la monarchie britannique est un archaïsme inutile qui n’a pas sa place dans notre démocratie. Pourtant, le gouvernement canadien investit des millions de dollars chaque année pour promouvoir la Reine d’Angleterre.

Le Canada vend pour des milliards de dollars en armement à l’Arabie Saoudite, un pays répressif qui nie les droits de la personne. Un Québec indépendant pourrait choisir de ne pas traiter avec des États qui ne respectent pas les droits de la personne.

Le Canada se conduit en cancre en matière de lutte aux changements climatiques sur la scène internationale, alors que le Québec fait figure d’élève modèle. Un Québec indépendant ne serait plus à la remorque du Canada, lui qui continue de s’entêter dans le développement pétrolier.

Lors de l’annonce de l’entente de non-taxation avec le géant américain Netflix en échange d’investissements à hauteur de 500 millions de dollars sur 5 ans, le gouvernement fédéral n’avait même pas prévu d’imposer du contenu francophone. Le Bloc Québécois exigeait du contenu en français et que le géant américain soit taxé comme tout le monde, tandis que Libéraux et Conservateurs s’opposaient fermement à taxer la multinationale.

Pour défendre notre langue commune

Le Bloc Québécois a toujours défendu le français comme langue commune au Québec dans le respect des minorités linguistiques historiques qui ont contribué au développement de notre nation.

Au lieu de continuer à faire la promotion sournoise du bilinguisme au Québec, le gouvernement du Canada doit prendre acte que les Québécoises et Québécois forment une nation de langue française d’où réside leur fierté nationale et qu’ils veulent promouvoir cette langue librement. Ils se doivent de nous respecter.

La meilleure façon de défendre notre langue, c’est de faire du Québec un pays libre de ses choix.