Les chefs fédéraux doivent rembourser la subvention salariale

Montréal, 23 août 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a exigé que tous les partis fédéraux remboursent les sommes reçues avec la subvention salariale, un programme d’aide conçu pour les entreprises et les organismes à but non lucratif.

« Les partis fédéraux ont détourné un programme destiné à aider nos entreprises et nos organismes de bienfaisance à traverser la pandémie. Pendant que les libéraux, les conservateurs et le NPD engrangeaient des millions de dollars chacun en contributions politiques de leurs sympathisants, ils ont pigé dans l’argent des contribuables pour protéger leur butin électoral. Aujourd’hui, lorsque les Québécois voient les affiches électorales de tous les partis sauf le Bloc Québécois, ils sauront qu’ils en ont injustement payé une partie. Je demande à tous les partis fédéraux de rembourser chaque sou reçu en subvention salariale d’ici 24 heures et d’en publier la preuve », a déclaré M. Blanchet.

Tous les partis fédéraux, à l’exception du Bloc Québécois, ont recouru au programme de Subvention salariale d’urgence du Canada mis sur pied par le gouvernement Trudeau afin de soutenir les entreprises et les organismes sans but lucratif affectés par la crise de la COVID-19. Or, les partis politiques ne sont légalement ni des entreprises ni des organismes de bienfaisance.

Les montants reçus par les partis ne sont pas publics. Le Parti libéral a affirmé avoir reçu plus de 1 253 000 $ et le Parti conservateur, quelque 984 500 $ durant la première vague et jusqu’à la fin d’août 2020, moment auquel les deux formations ont cessé de recourir à la subvention. Le NPD n’a pas dévoilé le montant total reçu ni à quel moment il a cessé de toucher la subvention, mais avait déclaré en avoir reçu à hauteur de 265 000 $ en date de la mi-juillet 2020. Aucun parti n’a démontré avoir remboursé les sommes perçues.

Depuis le début de l’année 2020 sous le signe de la pandémie, les conservateurs ont engrangé 35 M$ en contributions politiques de leurs partisans, tandis que les libéraux ont amassé environ 22 M$ et le NPD, tout près de 9,5 M$.

« En matière d’éthique, tous les chefs de partis fédéraux se sont eux-mêmes placés en lourd déficit de crédibilité en pigeant dans la subvention salariale pour protéger leur cagnotte électorale. Aujourd’hui, ils peuvent minimalement faire amende honorable en remboursant les contribuables québécois, dont l’argent serait plus utile investi dans nos communautés plutôt que dans cette campagne. À mes vis-à-vis : la balle est dans votre camp, le sablier est retourné et les Québécois voudront des preuves », a conclu M. Blanchet.