Relations avec les Autochtones : évitons le 150e anniversaire de la honte

Wendake, 25 août – À cinq ans du 150e anniversaire de la Loi sur les Indiens, Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, invite les nations autochtones à une grande discussion visant à réfléchir à des partenariats inspirés par la Paix des Braves, ou toute formule sur laquelle les Premiers peuples voudront que nous nous penchions ensemble.

« Le Bloc Québécois voudrait ne pas avoir à souligner 150 ans de racisme. Nous proposons que de nation à nations, nous initions ensemble, avec les peuples autochtones, un vaste effort vers la conclusion d’ententes, de traités librement et mutuellement consentis, permettant davantage d’autodétermination pour leurs communautés. Le Bloc sera toujours un partenaire, un ami et un allié des Premiers Peuples. Nous tendons la main, car ce funeste 150e qui approche pourrait être une occasion à saisir afin de faire progresser des discussions paralysées visant à rendre inopérante cette loi condamnable, ultimement l’abolir, et la voir remplacée par des conventions dignes de ce nom », a précisé M. Blanchet.

Afin de lever un obstacle majeur au progrès de telles discussions, le Bloc Québécois propose une refonte de la Politique des revendications territoriales globales comportant la création d’une entité indépendante qui serait chargée de régler ces revendications. « Actuellement, ce genre de négociations prend en moyenne rien de moins que 18 ans d’efforts, en plus d’entraîner des coûts prohibitifs pour les Premières Nations. Ces obstacles peuvent les pousser à abandonner leur démarche et se contenter de la Loi sur les Indiens comme un moindre mal. Il faut d’abord s’attaquer à cette politique qui nuit à la conclusion de partenariats de nation à nations », a expliqué M. Blanchet.

Le Bloc Québécois fait valoir que l’absence de règlement des revendications n’est pas étrangère aux crises ayant opposé Ottawa à des communautés autochtones au cours de l’histoire récente, notamment la crise ferroviaire de l’hiver 2020 face aux Wet’suwet’en.

« L’inaction a un prix et ne peut qu’être source de colère. Sans diminuer l’importance de l’histoire et de la vérité dans la démarche de réconciliation, la volonté politique semble manquer à Ottawa pour s’attaquer aux problèmes de fond plutôt que se limiter au domaine du symbolique. C’est pourquoi le Bloc Québécois propose de tout mettre sur la table pour enfin trouver une issue ensemble, à l’aube de ce 150e déshonorable », a déclaré M. Blanchet.

Le Bloc Québécois s’engage aussi à travailler de concert avec les nations autochtones afin que le plan d’action qu’Ottawa doit déposer, comme le prévoit la Loi sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, en permette la mise en œuvre intégrale.

Enfin, conformément à la motion unanime élaborée avec les représentants autochtones que le Bloc Québécois a fait adopter lors de la dernière Journée nationale des peuples autochtones, M. Blanchet entend s’assurer que le fédéral offre aux communautés toutes les ressources nécessaires pour lever le voile sur la réalité historique des pensionnats autochtones, selon la volonté propre de chaque communauté, et pour contraindre les églises à ouvrir leurs archives, en plus d’assurer la prévisibilité et la pérennité du financement des programmes permettant la guérison des victimes des pensionnats.

« Le Bloc Québécois s’engage à nouveau auprès des nations autochtones à être une voix qui portera la leur au sein de la Chambre des communes du Canada, comme nous nous faisons un devoir de le faire depuis la création de notre parti et au cours des deux dernières années », a conclu M. Blanchet.

FICHE TECHNIQUE: UNE RELATION DE NATION À NATIONS: PROPOSITION DU BLOC QUÉBÉCOIS EN MATIÈRE D’AFFAIRES AUTOCHTONES