Affaire McKinsey et immigration: Le Bloc Québécois demande la transparence et la vérité

Ottawa, le 10 janvier 2023 – Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, en compagnie du leader du parti, Alain Therrien, et des députés Alexis Brunelle-Duceppe, Julie Vignola, René Villemure, Christine Normandin et Jean-Denis Garon, dont l’affaire McKinsey interpelle les dossiers, demande au gouvernement et au premier ministre Justin Trudeau de rendre immédiatement publiques toutes les informations requises et l’entièreté des contrats afin que soient clarifiés la nature des mandats et les coûts relatifs à cette étrange « sous-traitance » du rôle de l’État à une vaste firme multinationale qui semble tentaculaire dans les affaires de nombreux pays et entreprises.

« D’entrée de jeu, affirme le chef bloquiste, je crois que le Parlement doit avoir accès à tous les contrats, et que ce qui nous sera remis ne doit pas être stérilisé à coups de caviardages. Les enjeux sont trop nombreux et importants. Ça va du rôle de gens liés à McKinsey dans un projet d’immigration en nombre tel qu’il sera dangereux pour le poids du Québec dans la fédération et le français, en passant par la nomination d’un ex-dirigeant de la firme à titre d’ambassadeur en Chine; aux lacunes graves en termes de transparence; à la possible convergence de secrets industriels d’entreprises, de secrets d’État et d’informations confidentielles; du procédé d’octroi des contrats et de leurs coûts; jusqu’à un possible soutien au parti libéral par cette société multinationale. C’est trop pour ne pas exiger toute la vérité, et à défaut, le Parlement devra considérer le recours à une enquête indépendante. »

« Il y a une différence importante entre compléter l’expertise de l’État et de la fonction publique, et le remplacement pur et simple de cette expertise par une entreprise étrangère proche du parti libéral. On affaiblit l’État et on substitue à son rôle de service aux citoyens un résultat de détournement d’importants profits vers le privé », ajoute le leader du Bloc Québécois, Alain Therrien.

En outre, alors que le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires devrait se pencher sur l’octroi de ces contrats par les libéraux de Justin Trudeau à cette firme de consultants, la députée bloquiste responsable, Julie Vignola, insiste sur les coûts extravagants de cette proximité entre les libéraux et McKinsey, qui se chiffre selon les données actuelles, à plus de 84M$. « On ne se contentera pas de réponses vagues et de documents partiels ou caviardés, insiste madame Vignola. Il nous faut tous les documents dans leur intégralité. »

Enfin, Alexis Brunelle-Duceppe mentionne que cette tutelle de McKinsey sur le ministère de l’Immigration semble une bien mauvaise idée : « Du chemin Roxham jusqu’aux dossiers transmis à des fonctionnaires qui ne sont plus en emploi, en passant par des délais inacceptables, nous sommes en droit de nous demander en quoi McKinsey aura-t-elle véritablement servi. C’est là un échec et un aveu d’incompétence de la part des libéraux ».

« Le parti libéral et Justin Trudeau semblent embourbés dans une autre controverse. Il leur revient de nous faire la preuve du contraire, mais il est clair que ce gouvernement n’est pas digne de la confiance des Québécois et des Canadiens et doit répondre devant eux de ses gestes et de ses choix », conclut Yves-François Blanchet.