Motion bloquiste sur l’immigration adoptée : Ottawa a 100 jours pour agir sur les cibles d’immigration

Ottawa, le 12 février 2024 – Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, aux côtés du porte-parole bloquiste en matière d’Immigration, Alexis Brunelle-Duceppe, salue l’adoption par vote majoritaire aujourd’hui, de la motion bloquiste qui favorise une intégration réussie des nouveaux arrivants. La motion du Bloc enjoint le gouvernement fédéral de convoquer l’ensemble des premiers ministres et des ministres de l’Immigration pour fixer conjointement des seuils d’immigration qui tiennent compte de la capacité d’accueil et de paiement du Québec et des provinces.

« Tout le monde le constate : établir des cibles d’immigration uniquement en termes d’objectifs chiffrés ou de main-d’œuvre est une erreur, parce qu’on a complètement évacué le fait que c’est d’êtres humains dont il s’agit. Qu’il y ait des gens arrivés ici avec un statut de demandeur d’asile qui dorment dans les rues de Montréal, sans logement, est l’exemple le plus patent de ce déplorable échec. Ce n’est pas ainsi que l’on veut accueillir chez nous les gens qui choisissent d’être Québécois. Ce qui distingue le Québec, outre la langue et la culture, c’est la qualité de son filet social : son système de garderie, son système d’éducation abordable, son régime d’assurance parentalité et toutes ses autres politiques sociales. Pour les nouveaux arrivants et pour nous, il faut agir. Il faut s’engager à changer de cap d’ici 100 jours. Nous demandons au ministre de l’Immigration et au premier ministre de bouger, parce que les immigrants le méritent et que, par devoir d’humanité, ce gouvernement doit respecter la promesse de vie meilleure qui leur a été faite », insiste Yves-François Blanchet.

« Le Québec est généreux, accueillant. Ce qu’on souhaite, c’est que tous les nouveaux arrivants puissent être reçus de la bonne manière: avec un accès au logement, aux services de santé, de garderie et d’éducation, et, bien sûr, à la francisation afin de pouvoir s’intégrer pleinement chez nous, avec nous. Dans le fond, ce qu’on veut, c’est avoir les moyens d’accueillir notre monde par la grande porte et avec la dignité et le respect qu’on leur doit. Je me réjouis de voir qu’il s’agit d’un objectif partagé par la majorité des élus de cette Chambre, comme en fait foi l’appui à la motion bloquiste. Nous comptons sur la collaboration du gouvernement afin d’établir, conjointement avec le Québec, un plan d’immigration réaliste et respectueux de nos capacités d’accueil et financières », conclut Alexis Brunelle-Duceppe.